sleeping Charon

sleeping Charon

Titre original: 
Nemureru Mori no Karon (眠れる森のカロン) - Sleeping Charon
Auteur(s): 
Genre: 
Horreur, fantastique
Éditeur original: 
Kodansha (prépublié dans Young Magazine the 3rd)
Éditeur français: 
Komikku
Date de sortie originale: 
2014
Date de sortie en France: 
29 novembre 2018
Nombre de tomes: 
3 (terminé)
Nombre de tomes sortis en France: 
1 (à venir)
Nombre d'éditions en France: 
1
Traducteur: 
Masaya Morita
Sens de lecture: 
Original
Nombre de pages: 
168
Prix: 
7,99€

Avis

Une drôle de chose s’est produite en commençant ce manga. J’avais lu le premier chapitre d’abord tout seul. Le lendemain, en reprenant ma lecture, je m’aperçois qu’aucun souvenir ne m’en est resté, un peu comme une amnésie. Je recommence du début mais le temps me manqua, je dus arrêter ma lecture une fois encore après ce premier chapitre. Rebelote le lendemain, encore le trou dans ma mémoire. Retour à la case départ, cette fois en vidant mon esprit et continuant plus après.

 

Après ce drôle de phénomène, la confusion totale sur mon pressentiment en abordant la suite : une manga totalement vide ou qui nous fait perdre la tête. Quelque part, quand on continue, la deuxième option semble logique. Le manga enchaîne avec une maestria bizarre des moments enfantins et des moments horrifiques où sans le savoir, le héros se fait mener par le bout du nez, tourner en bourrique. Ceux qui se présentent à lui comme des mais sont en fait des manipulateurs, ce qui le terrifiait n’est peut-être pas si étrange que ça. La narration veut nous égarer tout en gardant notre attention captive. Le style s’approche d’un Alice aux Pays des Merveilles, mais le scenario s’en détache. Sans entrer plus dans les détails pour ne pas spoiler, cela faisait bien longtemps que je n’étais pas tombée sur un manga avec un tel imaginaire.

Le dessin est tout à l’image de l’histoire. Les personnages sont tout mignons, avec un character design réduit au minimum de détail possible. Mais leur environnement, lui est bien plus sombre, présentant des éléments inquiétants, dessinés avec des formes pointues. Des détails macabre parsemés ça et là, des décors qui parfois se déforment. Même si je ne suis pas fan du dessin des personnages, il trouve sa justification et l’ensemble tient la route.

 

Au final, je ne saurais dire ce manga m’a plu ou non, mais une chose demeure certaine, il ne laisse pas indifférent. À expérimenter.

 

Hanoko, un tome lu, le 23/11/2018

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici