Sing Yesterday for me

Sing Yesterday for me

Titre original: 
Sing Yesterday for me
Auteur(s): 
Genre: 
Tranche de vie, romance, psychologie
Éditeur original: 
Shueisha
Éditeur français: 
Delcourt
Date de sortie originale: 
1999
Date de sortie en France: 
2003
Nombre de tomes: 
8 (en cours)
Nombre de tomes sortis en France: 
7 (en cours)
Nombre d'éditions en France: 
1 simple
Couverture: 
souple, glacée
Sens de lecture: 
Original
Prix: 
7,95€
Rythme de parution: 
très lent

Avis

"Voici donc un manga sorti en 1999 et dont la parution se poursuit. L'auteure est un escargot lorsqu'il s'agit de sortir un nouveau tome.
L'histoire est, à la manière des Lamentations de l'Agneau (Les), fondée sur les problèmes existentiels de Monsieur et Madame « presque tout le monde ». Moins contemplatif que le titre susnommé, Sing « Yesterday » for me nous présente trois jeunes actifs découvrant le monde du travail et l'amour. Deux d'entre eux sont des freeters, des personnes vivant de petits boulots sans projet de carrière possible. Rikuo le fait faute de mieux, puisqu'il ne sait pas quoi faire d'autre. Haru travaille en tant que serveuse car n'a pas le choix. Elle vit seule, a quitté les études trop tôt, et doit bien se nourrir. Le troisième protagoniste du lot du trio amoureux est Shinako, devenue professeur dans un lycée. Leur existence est liée par des coïncidences, façon « le monde est petit ». Dans tous les cas, le plus gros élément de l'intrigue se situe dans l'amour et les relations cornéliennes. Haru aime Rikuo depuis longtemps mais sait que celui-ci nourrit des sentiments pour Shinako. Celle-ci n'a pas digéré un certain évènement et se refuse à un nouvel amour. Mais… Enfin bref, tout tourne autour de ce fil conducteur mêlant travail et sentiments.
Cela pourrait paraître barbant, à la manière des Feux de l'Amour. Le rythme lent, les personnages qui se triturent les méninges pour des problèmes qui nous paraissent futiles vus d'en haut (mais qui ne le seraient pas si on était dedans !), tout cela rend le manga un peu lourd. Fort heureusement, il y a quelque chose dans ce titre qui fait qu'on reste, qu'on veut en savoir plus. Les personnages intéressants s'intègrent très régulièrement dès le second tome. Ils ont tous une psychologie très fouillée et réaliste. Chacun a ses problèmes et ceux-ci se mêlent plus ou moins bien à ceux des autres. On ne survole pas les sentiments comme dans un Shôjo, on les vit de l'intérieur, l'histoire est très travaillée.
La patte de l'artiste est ce que je préfère. Incisif et doux à la fois, ce trait rend les personnages charismatiques et magnifiques. Les expressions sont parfaitement rendues comme dans tous les titres de la mangaka. J'adore. 

Que dire de plus ? L'aspect contemplatif et lent du manga ne plaira pas à tout le monde. Moi, j'aime beaucoup." 

DDG, le 02/05/12

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Vous êtes ici