Sengoku Basara Ranse Ranbu

Sengoku Basara Ranse Ranbu

Titre original: 
Sengoku Basara Ran-Se-Ran-bu
Auteur(s): 
Genre: 
Action, historique, humour
Éditeur original: 
Media Works
Éditeur français: 
aucun
Date de sortie originale: 
2006 (du 23 mars au 22 juillet)
Nombre de tomes: 
3 (terminé)
Sens de lecture: 
Français
Nombre de pages: 
Variable
Prix: 
667¥

Avis

Voici la première des adaptations de la série de jeux vidéo Sengoku Basara. Elle se focalise sur Yukimura Sanada, général de guerre oeuvrant pour le clan Takeda dans la guerre qui déchire le Japon. Un manga assez surprenant pour tous ceux qui ont connu d'abord l'oeuvre originale. Les grandes lignes du scenario sont les mêmes, des seigneurs de guerre se disputent le Japon. L'un d'entre eux, Oda Nobunaga, s'élève par sa puissance militaire et sa cruauté, ce qui va changer la donne pour les autres clans. Bref, vous voyez le topo. Comme je n'ai pas joué au premier jeu Sengoku Basara, je ne saurais déceler les nuances dans l'histoire ni combien elle est fidèle. 
Cependant, on remarque une assez grande différence au niveau des personnages. Déjà, Yukimura est beaucoup moins ingénu et crétin que dans le jeu, il conserve un côté naïf dans sa personnalité mais il a bien plus de prestance. Ensuite sa relation avec Shingen Takeda n'a plus rien à voir avec l'originelle: Yukimura bien qu'il le respecte profondément, n'est pourtant plus du tout béat d'admiration devant son seigneur et va même le railler gentiment de temps à autres. Date Masamune pour sa part est bien plus vulgaire que d'ordinaire mais aussi plus puéril. Kairi Shimotsuki le présente plus comme un petit merdeux qui veut juste s'éclater et foutre le dawa partout où il passe, plutôt qu'un véritable seigneur de guerre provocateur. Il a aussi les cheveux blancs au lieu de bruns et a le visage plus rond. Celui qui m'a le plus surpris est Katakura Kojuro, intégralement changé, personnalité et design. Reste tout de même de lui son caractère de gardien qui doit pondérer les ardeurs de Date Masamune, mais ce n'est plus du tout le même personnage, j'ai eu du mal à croire que c'était lui lors de ses apparitions.
Cela m'étonne beaucoup que Kairi Shimotsuki ait pris tant de liberté par rapport au jeu d'origine, à moins que Capcom lui dit "carte blanche, éclate-toi". Pour ceux qui connaissent la saga, de tels changements peuvent perturber voire rebuter. Toutefois, on ne pourra pas reprocher au manga d'être un simple portage du jeu sur papier. Kairi Shimotsuki apporte une vision nouvelle de la série et du coup elle éveille vraiment notre curiosité pour savoir quelle tournure prendra la suite des événements. Car une fois le trouble des écarts avec l'oeuvre originale passé, on peut apprécier ce manga vraiment drôle et prenant aussi bien pour les fans que les néophytes qui tomberaient dessus. Les personnages ne manquent pas de peps et rendant le scenario, plan-plan sur le papier, très tonique. 
En revanche, je suis un peu déçue en ce qui concerne les dessins. Kairi Shimosuki est sans conteste une mangaka talentueuse et pleine de ressource. Que l'on aime ou pas son style, elle s'est illustrée avec brio sur sa série la plus connue Brave 10 mais également sur ses manga sortis antérieurement. Néanmoins sur presque tout le premier tome, les planches laissent presque l'impression d'un léger bâclage, vu le manque de soin dans le trait par rapport aux autres mangas de l'auteure. Cela reste bien dessiné mais le tout aurait vraiment mérité plus de minutie, d'autant que l'on sait que la mangaka en a les moyens. Le manga manque également de plans aériens ou panoramiques qui auraient donné un aspect grandiose aux batailles. Cela dit, si la courte période de publication des trois volumes (à peine cinq mois) correspond au temps imparti pour la réalisation du manga, je comprend que l'auteure ait dû faire des concessions sur quelques aspects graphiques. À l'inverse, j'admire l'intensité qu'elle parvient à donner aux combats, on se sent vraiment happé dans chacun des affrontements plus nerveux les uns que les autres. De plus, les défauts semblent progressivement rectifiés sur les volumes suivants.

Un sentiment donc mitigé pour Sengoku Basara Ranse Ranbu, qui surprend beaucoup. Cependant, j'ai pris quand même beaucoup de plaisir à le lire, il reste un bon titre. Je serais par ailleurs très curieuse de connaître le contexte de création de ce manga, dans quel esprit l'auteure l'a réalisé. J'espère que le manga sortira un jour en France. Je n'ai trouvé que le tome 1 en scantrad anglaise, la suite en jap, mais c'est du gâchis de lire sans les dialogues. 

Hanoko, un tome lu et des poussières, le 28/12/2012

Wallpapers

Wallpaper/fond d'écran Sengoku Basara Ranse Ranbu / Sengoku Basara Ran-Se-Ran-bu (Seinen)

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici