Rémina : la Planète de l'Enfer

Rémina : la Planète de l'Enfer

Titre original: 
Jigokuboshi Remina
Auteur(s): 
Genre: 
Horreur, fantastique
Éditeur original: 
Shogakukan
Éditeur français: 
Tonkam
Date de sortie originale: 
2005
Date de sortie en France: 
2008
Nombre de tomes: 
1 (one-shot)
Nombre de tomes sortis en France: 
1
Nombre d'éditions en France: 
1
Couverture: 
Souple, en relief, glacée
Sens de lecture: 
Original
Nombre de pages: 
300
Prix: 
10€

Avis

"Encore du Junji ITO ! Bientôt, il n'en restera plus à découvrir !
Pour commencer de manière générale, cet one-shot est comme les précédents : très beau graphiquement, l'auteur sait manier la mise en ombre et en case pour faire transparaître au mieux l'horreur de ses histoires. Les personnages sont assez semblables à ceux déjà utilisés dans d'autres récits mais qu'importe, c'est quand même super sympa.
De manière plus spécifique maintenant, l'histoire même de Rémina semble être une des plus abouties des courts récits de ITO (après Tomie). En effet, et contrairement à tout ce qui remplissait les recueils précédents, Rémina est une longue histoire (250 pages) où on sent un réel investissement. Les personnages sont fouillés sans pour autant être lourds, les évènements s'enfilent comme des perles sur la chaîne de l'horreur, bref, c'est de l'excellent travail à mes yeux. Certes, Rémina se détourne un peu du filon premier des histoires de ITO. En effet, s'axant plus sur la SF et le côté sectaire, seule la planète cannibale est un élément déviant. Pour une fois, pas de doute possible, la planète Rémina est au coeur des troubles qui secouent la Terre. Et la jeune fille Rémina est, malgré elle, une victime diabolisée et pourchassée sans répit. Cependant, et parce que sinon, ça n'aurait pas été du ITO, on se demande jusqu'à la fin si Rémina (fille) n'est tout de même pas lié à Rémina (planète). Et comme dans toutes les oeuvres de ITO, la fin nous laisse dans l'expectative d'une fin encore plus tragique. Mais en bref, cette histoire de planète à la langue si joueuse (et qui laisse ses papilles gratter nos doigts sur la couverture) est bien montée et haletante. Et, si la planète est assez prévisible, Rémina (fille) ne l'est pas du tout. Le calvaire qu'elle subit à cause de son prénom montre bien la folie des Hommes quand la situation devient désespérée.
La seconde histoire est bien plus courte et retourne plus dans le style horrifique de ITO. Les meurtres où les victimes (parfois en très grand nombre) sont cousues les unes avec les autres est une idée de génie et le rendu des dits amas de chair est répugnant. Ajoutez à ce côté glauque l'histoire de la radio pirate qui diffuse en boucle des messages prônant l'anti-solitude et les petits papiers tombant du ciel, vous obtenez un savant mélange d'horreur et d'angoisse. Et la fin est imprévisible et géniale (évidemment, ça finit mal et pourrait finir encore plus mal).  

Voilà, en bref, encore un recueil de ITO à marquer d'une pierre blanche. Bien qu'il ne regroupe que deux histoires, Rémina est un one-shot horrifique très réussi." 

Dragon de Givre, le 27/06/09, one-shot lu.

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Vous êtes ici