Plus forte que le sabre

Plus forte que le sabre

Titre original: 
Kairiki no Haha (怪力の母)
Auteur(s): 
Genre: 
Historique, drame, action, tranche de vie
Éditeur original: 
Kodansha (prépublié dans Mr. Magazine) puis Leed
Éditeur français: 
Akata-Delcourt
Date de sortie originale: 
1993
Date de sortie en France: 
13 octobre 2010
Nombre de tomes: 
3 (terminé)
Nombre de tomes sortis en France: 
3
Nombre d'éditions en France: 
1 de poche
Traduction: 
Tetsuya Yano
Couverture: 
souple, glacée
Sens de lecture: 
Original
Nombre de pages: 
232
Prix: 
8,99€

Résumé des tomes

Avis

Un jeune seigneur de guerre épouse une jeune femme à la force physique et de caractère qui ne lui cède en rien. Dotée en plus d’une grande bonté d’âme, elle prodiguer de la sagesse à son belliqueux mari mais celui-ci part vite en croisade…

L'ère Sengoku fait partie des périodes historiques les plus exploitées par les auteurs de mangas et de manière générale rares sont les mangakas qui abordent un sujet historique dans une forme si unique.

Tout d’abord le dessin, qui semble tout droit sorti d’anciennes estampes de peintres classiques japonais. Les personnages, aux formes très rondes, bien en chair, la précision chirurgicale pour représenter les détails de costumes, des décors tout aussi riches en détail, bref qu’on aime ou pas le style à des kilomètres des canons en manga aujourd’hui, on ne peut que louer la qualité du dessin.

Ensuite, si l’auteur peut déployer autant de minutie avec sa plume, il le doit à tout son travail de reconstitution historique. Toutes les pratiques du bushido y sont décrites, à mesure qu’elles apparaissent selon les aléas du scenario et l’auteur replace en contexte toutes les péripéties narrées, à la manière d’un documentaire. Après, ne connaissant pas précisément l’histoire du clan Shimizu, je ne peux juger de la rigueur historique et de la part de romance.

Mais l’histoire avec un petit h dans tout ça ? Le manga commence avec une introduction coup de poing, où l’on découvre la puissance à la limite de l’absurde de Hisa, sa personnalité indépendante mais très attachée à l’esprit de famille, en opposition avec la véhémence de son mari. Ensuite nous suivons le parcours de ces deux protagonistes séparément, l’un à la guerre, l’autre à la défense du clan. Si toutes les annotations historiques peuvent égarer, l’histoire reste accessible et assez prenante, cruelle, sans concession mais qui retranscrit bien l’esprit de l’époque. Et l’on suit avec intérêt l’évolution des deux héros, qui vont devoir chacun apprendre à se remettre en question et aborder leurs difficultés autrement.

 

À tous les amoureux de mangas historiques et de personnages étonnants, n’hésitez pas !

 

Hanoko, un tome lu, le 27/12/2019

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Vous êtes ici

 


Une suggestion à faire? Une erreur à nous signaler? Des questions à nous poser? Vous pouvez soit vous créer un compte et venir nous en parler sur le forum ou en commentaire du contenu concerné, soit remplir notre formulaire de contact.