Pilou, l'apprenti gigolo

Pilou, l'apprenti gigolo

Titre original: 
Fancy Gigolo Pelu (ファンシージゴロ ペル)
Auteur(s): 
Genre: 
Amour, humour noir
Éditeur original: 
Enterbrain (prépublié dans Comic Beam)
Éditeur français: 
Imho
Date de sortie originale: 
2003
Date de sortie en France: 
2010
Nombre de tomes: 
3 (terminé)
Nombre de tomes sortis en France: 
2 (en cours)
Nombre d'éditions en France: 
1
Couverture: 
Souple, glacée
Sens de lecture: 
Original
Nombre de pages: 
172
Prix: 
12,95€
Rythme de parution: 
Irrégulier

Avis

"Vous aimez les contes cruels ? Alors vous allez adorer Pilou.
L'auteure de ce manga est déjà très connue pour son coup de crayon si spécial. Adepte des contes de fée façon dark, vous avez droit ici à de l'extra-terrestre sauce amour. Présentation.
Commençons par ce qui saute aux yeux : le graphisme. L'auteure dessine de manière très pop des demoiselles Barbie et des décors d'outre arc-en-ciel. Ce style plutôt girly, acidulé et sexy n'existe que pour servir le sarcasme et la cruauté des histoires contées. Beaucoup n'aimeront pas ce style, mais moi j'adore. Des ombres tramées, des yeux pétillants de malice et des cheveux magnifiques (ce qui m'a le plus plu).
Passons à l'histoire. Nous suivons Pilou, un extra-terrestre mi-nuage, mi-caniche. Il s'ennuie ferme sur sa planète uniquement peuplée de filles nues et d'un hippopotame à étoiles. Il rêve d'avoir des enfants mais il ne le peut pas sur sa planète, les filles ayant leur propre (et très étrange) mode de reproduction. Pilou va donc sur Terre pour chercher sa dulcinée. C'est là que commencent les ennuis. Il va croiser de nombreuses personnes, comme des plongeuses à l'histoire tragique, une princesse capricieuse ou encore une chanteuse n'arrivant pas à percer. A chaque fois, on nous narre de manière humoristique et noire les déboires des personnages. Chaque fois, Pilou est spectateur de l'Homme et sa vie compliquée, et nous aussi. Pour revenir au sarcasme des historiettes et à la bizarrerie de l'ensemble, cela ressemble pas mal à Nekokappa, en moins contemplatif.  

Je ne sais que dire d'autre sinon que c'est très agréable à lire car étrange et dark. Pour les adeptes du genre." 

DDG, le 29/07/10

"Suite à la révélation du mystère de ses origines, Pilou part sur terre pour se trouver une femme. Il va se rendre compte que les apparences sont parfois trompeuses....  

Kawai trash décrit bien le style de Junko Mizuno : un design très acidulé et sexy façon summer of love, qui met en scène des histoires assez noires, dans lesquelles les personnages prennent -en autre- des drogues, histoire d'échapper à la dureté de la réalité (qui n'est donc pas si kawai). Graphiquement c'est très soigné et l'auteure fait une vraie recherche pour la mise en case 

Si j'ai bien aimé les chapitres composant "La mystérieuse université" (qui concluent le volume 1), avec une histoire d'inversion de corps qui fini mal, je n'ai globalmeent pas vraiment accroché à Pilou, l'apprenti gigolo, car on reste dans une narration qui illustre la vision du monde d'un "enfant". Bref c'est naïf et ça ne m'a pas percuté.  

Il est néanmoins dommage que la suite ne soit pas encore parue. J'aurai pu me prononcer plus précisément sur la qualité du manga. En tout cas, Junko Mizuno est une auteure à suivre." 

Docteur Spider, 03/08/12

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici