Palepoli

Palepoli

Titre original: 
Palepoli
Auteur(s): 
Genre: 
Fantastique, humour, eroguro
Éditeur original: 
Seirindo
Éditeur français: 
Imho
Date de sortie originale: 
1996
Date de sortie en France: 
2012 (20/09)
Nombre de tomes: 
1 (one-shot)
Nombre de tomes sortis en France: 
1 (one-shot)
Nombre d'éditions en France: 
1 Grand format
Couverture: 
Cartonnée, en relief, dorée
Sens de lecture: 
Original
Nombre de pages: 
160
Prix: 
14€

Avis

"Difficile de résumer le contenu de ce superbe Seinen.
Les historiettes, une par page, se répètent ou se suivent parfois, mais ne se ressemblent jamais vraiment. Dérision, humour noir, parodies en tous genres, le mangaka use et abuse de son imagination débordante pour nous plonger dans un univers qu'on quitte avec peine.
En exemples, une histoire traite de démarcheurs via une vue au judas, sachant que ces démarcheurs n'en sont pas vraiment. Une autre parle d'éboueurs hors du commun avec une pointe d'absurdité. On suit aussi l'histoire d'un mignon ours en peluche serial killer... Les thèmes parodiés sont notamment Jésus, Pulp Fiction, Columbo, des oeuvres d'art célèbres, des styles de manga (Shôjo) et diverses chansons dont une des Beattles. Il fallait oser.
Plusieurs histoires sont clairement de type Eroguro. Des scènes de nus macabres qui ne tombent pas non plus dans l'hyper-trash d'un Fraction ou d'un Labyrinthe des Rasoirs (Le). L'auteur parodie même un autre de ses titres : Litchi Hikari Club.
Le mangaka sortant des Beaux Arts, nous avons droit à divers styles graphiques tous parfaitement maîtrisés. Tantôt superbement réaliste, tantôt adorablement chibi, le coup de crayon de cet auteur est sans commune mesure un atout pour ce seinen. D'autant que ces différents styles collent parfaitement avec les thèmes abordés, certains étant utilisés de manière paradoxale. Certains planches sont par ailleurs en couleur, de l'aquarelle si je ne m'abuse.
On retrouve également au fil des pages des illusions d'optique, plusieurs images étant mélangées en une seule. C'est quasiment du jamais vu dans un manga et c'est super agréable à regarder. Le mangaka propose aussi des mini-jeux, une des pages étant couverte de labyrinthes.
Évidemment, qui dit historiettes d'une ou deux pages et graphismes originaux, dit public restreint. Ce manga ne plaira hélas pas à tout le monde, au même titre que les musées.
Définitivement, ce seinen n'est pas un manga comme les autres : c'est une oeuvre d'art en 160 pages." 

DDG, le 17/09/12

Dragon de givre

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici