Otaku Girls - Môsô shôjo otaku-kei

Otaku Girls - Môsô shôjo otaku-kei

Titre original: 
Môsô shôjo otaku-kei
Auteur(s): 
Genre: 
Romance, comédie
Éditeur original: 
Futabasha
Éditeur français: 
Doki-Doki
Date de sortie originale: 
2004
Date de sortie en France: 
2009
Nombre de tomes: 
7 (terminé)
Nombre de tomes sortis en France: 
7
Nombre d'éditions en France: 
1
Couverture: 
Souple, glacée
Sens de lecture: 
Original
Nombre de pages: 
208
Prix: 
6,95€
Rythme de parution: 
terminé

Résumé des tomes

Avis

"Well, je pensais que ce manga était vraiment axé sur la comédie dans le style otaku version féminine. En fait, y'a de ça, mais surtout beaucoup de romance. Et ça, j'aime moyen.
Il faut savoir que je n'ai eu entre les mains que le volume 2, mais ça ne semble pas bien grave puisque les histoires ne se suivent que très peu. Niveau histoire donc, pour faire simple, c'est deux otakettes et deux amoureux qui se cherchent sans se trouver. Ajoutez des mangas, surtout du yaoi, des conventions bourrés de mangaphiles et des cosplays, vous obtenez Otaku Girls. En apparence, ça peut paraître sympa. Au final, ça ne casse pas trois pattes à un canard.
Les filles sont de gros stéréotypes de la fan de mangas à l'eau de rose et/ou gays. Les mecs sont de gros stéréotypes des beaux gosses paumés qui suivent les demoiselles sans comprendre leur hobby. Franchement, l'auteure aurait pu nuancer. Pour toucher le public masculin encore plus au coeur (ben oui, même si c'est de la romance, les otaku sont accro aux otakettes...), les deux nanas ont des attirances l'une pour l'autre et beaucoup de scènes sont axés sexe. On a droit à des décolletés abyssaux, des culottes à tout va, des scènes tendancieuses vraiment abusées (genre la nana qui fouille dans le décolleté d'une autre pour virer le rembourrage du cosplay). Bref, les mecs seront contents à ce niveau, les filles un peu moins (enfin, chacun ses goûts).
Deuxième chose que je trouve dommage, c'est le fait que l'auteure n'ait pas utilisé de mangas qui existent vraiment, à part Neon Genesis Evangelion. Ainsi, quand les personnages se cosplayent (un coup les mecs, un coup les filles), on ne se dit pas "whoua, on reconnaît bien le personnage de tel manga !". Quitte à faire un manga sur les otaku, autant y aller jusqu'au bout et prendre les produits emblématiques de la communauté.
Graphiquement, ça sonne typiquement shojô. Grands yeux, décors pailletés (parfois), personnages rougissants pour un oui ou pour un non, fleurs qui dégoulinent de partout... Bref, l'auteure a eu la main lourde sur le côté romantique. Elle aurait dû forcer sur le côté comique, car il y a vraiment du potentiel à ce niveau. Au lieu de ça, c'est drôle uniquement parce que les filles s'imaginent des scènes salaces entre les garçons.
Dernier point, c'est marrant de voir des filles aimer des mangas à caractère pornographique. On arrive enfin à virer ce satané tabou à ce niveau. Ben ouais les filles, c'est normal qu'on matte de la fesse de temps en temps (et les vôtres ne comptent pas !) 

En bref, un manga qui aurait dû être plus comique que romantique, mais on ne change pas les shôjo..." 

DDG, le 17/11/09, tome 2 lu.

À mon tour de donner mon avis sur Otaku Girls. Je rejoins assez l'avis de DDG. Le manga est amusant grâce aux répliques de Rumi et Yôko assez drôles de par de leur fanatisme pour les manga de type Boy's Love. Cependant, cela n'a que peu d'incidence sur le scenario qui reste en effet très classique. Certains détails viennent quand même rehausser le tout, comme le fait que l'histoire se focalise sur deux filles au lieux d'une, ça fait au passage une tendance shojo-ai en plus et on évite le consternant triangle amoureux. Dans le tome 3, je trouve assez attachant Tsukamoto, on louera sa sincérité et son courage par rapport à ses sentiments.
Mais globalement, c'est vrai qu'on aurait espéré une histoire vraiment plus délirante au vu du synopsis. Je vous conseille de tester Ma Copine est Fan de Yaoi dont l'héroïne est autrement plus délurée.
Pour ce qui est des références, on en a tout de même plusieurs, même si aucun manga ne semble cité explicitement. Ce sont des clins d'oeil qu'il faut repérer: dans le tome 3 j'ai par exemple retenu évidemment Kenshin le vagabond et Hokuto no Ken - Fist of the North Star (Ken le survivant), je me demande aussi si l'auteure a voulu rappeler Nana en mentionnant Hachikô où si elle fait référence au célèbre chien. J'en ai vu d'autres mais je n'ai pas reconnu à quel manga elles faisaient allusion. Cela s'adresse donc à des connaisseurs, quand on reconnait c'est sympa mais il y a quand même pas mal de risque de passer à côté, c'est dommage. Mais ça peut être assez ludique d'essayer de les repérer. Peut-être est-ce par question de droit d'auteur qu'il y a peu de citation directe d'autres manga.
Visuellement, il est vrai que le manga comporte toutes les caractéristiques graphiques typiques des Shôjo (tramage, composition des pages). Néanmoins, le character design est plutôt un mélange de Shôjo et Shônen, ce n'est pas tout à fait le style devenu hyper à la mode que l'on voit dans la plupart des Shôjo. L'auteure a sûrement voulu faire un manga éclectique, dommage que cela n'ait pas transparu dans l'histoire. 

Pour les fans de Shôjo, Otaku Girls sera un titre plaisant, mais de manière générale, il ne sort pas tant que ça de l'ordinaire malgré le programme annoncé. 

Hanoko, tome 3 et 4 lus, le 14/09/2011

À noter qu'une adaptation en drama existe.

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Vous êtes ici