Onikiri Jyuzo

Onikiri Jyuzo

Titre original: 
Onikiri Jyuzo
Auteur(s): 
Genre: 
Action, fantastique
Éditeur original: 
Kodansha
Éditeur français: 
/ (scantrad: berserk-crew)
Date de sortie originale: 
1998
Nombre de tomes: 
4 (terminé)
Sens de lecture: 
Original
Nombre de pages: 
270

Avis

J'avais adulé Basilisk sans exagération, donc je me suis penchée sur les autres manga dessinés par Masaki Segawa dont Onikiri Jyuzo fait partie. On retrouve quelques éléments communs avec Basilisk, comme la petite touche d'érotisme ou principalement avec les personnages: Jyuzo a des petits airs de Gennosuke ou Douma qui fait penser à Tenzen lorsqu'il prend possession du corps de Genzou, mais rien de vraiment flagrant.
Le style dessin est moins sévère quand dans Basilisk, peut-être un peu moins maîtrisé vu que ce manga doit faire partie des premiers que Masaki Segawa a publiés. Les combats manquent un peu de clarté, sur le coup on a un peu de mal à comprendre ce qu'il se passe. Ce n'est pas très gênant toutefois.
Moins évident ensuite: l'histoire. Au début c'est simple: Genzou se fait jarter de son corps, il a la rage et veut le récupérer. Mais rapidement, dès le premier volume l'affaire se complique avec la vie de la mère de Jyuzo et Kanako. Il est vrai qu'il faut s'accrocher pour suivre, on peut être largué mais rassurez-vous ce n'est pas de la trempe d'un Agharta, loin de là.
Même si elle n'est pas super simple à suivre, l'histoire n'en demeure pas moins très plaisante. Franchement, si on met de côté l'aspect un peu compliqué, le manga se lit très bien. Ceux qui auraient pu ressentir la quasi-absence d'humour dans Basilisk seront peut-être plus satisfaits avec ce manga, Genzou est vraiment marrant avec son caractère très nerveux et sa tendance à sortir des grossièretés, qui sont principalement dirigée à Osaki, cela donne lieu à d'amusantes querelles. 

Voila un manga que je souhaiterais pas mal qu'il sorte en France.

Hanoko, un volume lu, le 02/010/07

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Vous êtes ici