Natsuko no Sake

Natsuko no Sake

Titre original: 
Natsuko no Sake (夏子の酒)
Auteur(s): 
Genre: 
tranche de vie, drame, gastronomie
Éditeur original: 
Kodansha (prépublié dans Morning)
Éditeur français: 
Vega (collection Seinen)
Date de sortie originale: 
1988
Date de sortie en France: 
10 septembre 2019
Nombre de tomes: 
12 (terminé)
Nombre de tomes sortis en France: 
1 (en cours, tomes deux en un de la VF)
Nombre d'éditions en France: 
1 de poche
Traduction: 
Satoko Fujimoto
Couverture: 
souple + jaquette glacée mat
Sens de lecture: 
Original
Nombre de pages: 
464
Prix: 
11€

Avis

Si vous voulez être incollable sur le saké, ce manga est tout indiqué! À travers cette histoire, vous pourrez découvrir à la fois les méthodes de productions artisanales et les celles à plus grande ampleur, industrielles. Vous découvrirez toutes les étapes de fabrication, les différentes variétés de saké, les ingrédients et subtilités qui le composent… Le manga s’accompagne aussi d’un glossaire, si un terme technique vous échappe en cours de lecture. Que l’on soit branché alcool ou pas, on peut éprouver de l’intérêt à découvrir une activité dans laquelle on n’imaginait pas tous les efforts nécessaires pour arriver au résultat final

Non rassurez-vous, ce n’est pas un manuel, mais bel et bien un manga. Parallèlement à la découverte du monde de la production de saké, Natsuko no Sake s’attache à narrer une histoire familiale touchante et entraînante, où les personnages regorgeant chacun de personnalité, nous incite à découvrir plus d’interactions entre eux. On y trouve aussi immanquablement la problématique de l’opposition entre modernité et tradition, la vie en campagne et grande ville,  l’héroïne devant se confronter aux deux penchants, oscillant entre l’un et l’autre. Le traitement de cette thématique chère aux japonais se révèle assez réussi, d’autant que ces questionnements restent plus actuels que jamais. La notion d’agriculture biologique s’immisce aussi dans l’équation, chose qui devait être à l’époque quasiment jamais abordée et qui nous interpelle particulièrement aujourd’hui que le sujet occupe beaucoup l’attention.

Le dessin demeure évidemment daté, mais il a très bien vieilli, on ne ressent pas trop de décalage. Déjà grâce à la qualité du trait de l’auteur, la minutie apportée aux décors et ombrages et une certaine finesse. Même si c’est un style dont je ne suis pas forcément fan, force est de constater que la qualité répond présente.

 

Un manga narrant une belle histoire, au-delà du sujet a priori très spécifique.

 

Hanoko, tome 1 lu, le 20/09/2019

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Vous êtes ici