Montagnes hallucinées (Les)

Montagnes hallucinées (Les)

Titre original: 
Kyouki no Sanmyaku Nite (狂気の山脈にて) - H.P. Lovecraft's At the Mountains of Madness
Auteur(s): 
Genre: 
Aventure, fantastique, thriller, horreur
Éditeur original: 
Enterbrain (prépublié dans Comic Beam)
Éditeur français: 
Ki-oon (collection les chefs-d'oeuvre de Lovecraft)
Date de sortie originale: 
2016
Date de sortie en France: 
4 octobre 2018
Nombre de tomes: 
4 (terminé)
Nombre de tomes sortis en France: 
1 (en cours)
Nombre d'éditions en France: 
1 grand format
Couverture: 
souple, effet cuir
Sens de lecture: 
Original
Nombre de pages: 
310
Prix: 
15€

Avis

Tout le monde a déjà entendu parler de Lovecraft, même sans connaître réellement ses oeuvres. On sait qu'il a inspiré des générations d'auteur dans le domaine du fantastique et les mangakas n'y échappent pas. Ainsi, On peut voir Gou Tanabe en a adapté plusieurs en manga, dont en voici un. 

Les Montagnes Hallucinées narre une expédition à la découverte de l'Antarctique, chose très à la mode au début du siècle. L'arrivée de l'équipe se passe bien, mais les quelques découvertes que les chercheurs font dès le début ont un caractère inquiétant. Le manga narre l'évolution des recherches, les explorations, tous les procédés de fouille, l'étude sur place de fossiles trouvés, etc. On sent bien qu'il y a anguille sous roche et que tout ne se passera pas tranquillement. Le rythme est assez lent, afin de traduire un certain réalisme et assoir la crédibilité de l'histoire. Mais aussi pour entretenir peu à peu un certain suspense sur ce que les scientifiques trouveront...
Honnêtement, la lecture de ce premier tome ne m'a pas passionnée plus que ça. Pour des raisons qui trouvent leur justification, le rythme est très lent et au début, il est intéressant de voir toute la remise en contexte par rapport à l'époque. Mais une fois passé ce cap, on devine aisément ce qu'il va se passer tout au long du volume. On peut imputer cela au fait que de nombreuses autres fictions se sont inspirées du roman original, donc nous sommes habitués à ce genre d'histoire. Mais ce qui m'a fait trouver les chapitres longs sont les personnages tous plus froids et les uns que les autres. Pas un seul auquel on arrive à s'attacher, c'est à peine s'il y en a un ou deux dont on décerne une réelle personnalité. Nous avons quand même envie de découvrir avec eux les mystères qui cache ce continent mais la mise en bouche paraît un peu longue.
Côté dessins, je dois admettre que je n'ai pas vraiment apprécié le travail fourni par l'auteur. Enfin, partiellement seulement. Pourtant je gardais un bon souvenir du manga que j'avais lu de lui il y a quelques années, Outsider (The). Mais là, le manga s'approche beaucoup du style de bande-dessinée franco-belge que je n'ai pas mal. À commencer per les personnages qui paraissent tous plus rigides les uns que les autres, au regard et l'expression qui ne varie presque jamais. J'irais même jusqu'à dire que je les trouve mal faits (on voit souvent des yeux un peu de travers, mal équilibrés etc.). Ensuite, la narration de l'action elle-même manque de vie, de dynamisme, tout semble figé, même jusqu'à la représentation du blizzard où l'on a juste l'impression que des flocons tombent sans vent. Bref, il n'y a pas du tout l'essence même de ce que j'aimais dans un manga. En revanche, ce que je lui reconnais volontiers est la superbe des décors lors de vue d'ensemble, en particulier les montagnes sombres qui demeurent saisissantes. Hommage aussi à l'extraordinaire travail d'édition de Ki-oon, d'abord pour la couverture effet cuir gravé qui en jette, mais aussi la qualité de papier, l'impression etc.. un très bel ouvrage en somme. 

Ce manga avait de quoi séduire sur le papier. L'éditeur français a mis les moyens pour nous offrir une belle expérience de lecture. Dommage que le contenu ne m'ait pas enthousiasmée autant que l'objet lui-même. À voir la tournure des événements à venir. 

Hanoko, un tome lu le 11/10/2018

Vous êtes ici