Univers des Manga de Dokuha

Misérables (Les)

Misérables (Les)

Titre original: 
Les Misérables (レ・ミゼラブル)
Auteur(s): 
Genre: 
Drame, historique
Éditeur original: 
East Press
Éditeur français: 
Soleil manga (collection Classiques)
Date de sortie originale: 
2009
Date de sortie en France: 
25 mai 2011
Nombre de tomes: 
1 (one-shot)
Nombre de tomes sortis en France: 
1
Nombre d'éditions en France: 
1 simple
Couverture: 
souple + jaquette glacée mat
Sens de lecture: 
Français
Nombre de pages: 
192
Prix: 
7,99€

Avis

Les Misérables, un monument de la littérature classique française. Un projet décennal de lecture personnelle, mais n'étant pas pourvue d'une grande âme de lectrice de livre, ses quelques presque deux mille pages m'ont toujours effrayée. Cette année, lire ce livre faisait partie de mes résolutions. À présent que l'exploit est accompli, je peux me lancer dans ce manga, que je ne voulais pas lire pour éviter tout spoil. 

Quand on voit l'épaisseur de ce manga, on se demande comment Variety Art Works pu comprimer toute l'histoire en un seul petit volume de cent quatre-vingt dix pages. Et pourtant ils l'ont fait, bel et bien du début à la fin. Forcément, énormément de passages ont été supprimés, certains personnages sont même éclipsés du récit pour que tout puisse tenir. Quelques scènes se sont vues modifiées, surtout à la fin, pour permettre d'aller plus vite pour conclure le récit dans la limite de pages. En cela, je respecte la performance. Cependant, il en résulte un manga qui va à une vitesse folle, qui n'est qu'un aperçu en accéléré, plutôt qu'une véritable oeuvre à apprécier pour elle-même.
L'esprit du roman original est respecté dans les grandes lignes, cependant, réduit ainsi à l'extrême, il paraît caricatural dans ce manga. Il manque tellement de choses, pourtant essentielles, que les mangakas ont dû évincer de l'histoire pour tout terminer, que l'on effleure à peine la surface de l'histoire. Toutefois, ce ton plus léger dans ce manga donne une autre facette à l'histoire, notamment la toute petite partie romance qui m'a pas mal amusée ^^. De plus, certains lui reconnaîtront l'avantage d'occulter les nombreuses digressions de Victor Hugo, qui pouvaient nous égarer dans le roman. Mais du reste, l'histoire demeure trop résumée. Peut-être aurait-il mieux valu couper le récit à la moitié, inventer une fin intermédiaire avec des allusions à une suite incitant à lire l'oeuvre originale, plutôt que ce condensé.
On sent aussi que le dessin est réalisé à la va-vite. Ce n'est pas forcément que c'est mal dessiné, mais il apparaît clairement que les mangaka n'ont pas soigné plus que ça leur oeuvre. Ce manga était sorti à l'origine dans une période très prolifique pour ce studio de mangaka sur des classiques de la littérature (plus de vingt furent édités dans cette collection), donc je ne vois pas comment ils auraient eu le temps de fignoler. C'est regrettable. Quant au character design, ma foi, ils ne sont pas tous tels que je les aurais imaginés, surtout Javert, mais ils restent plausibles. Dommage toutefois que Gavroche ne porte pas de Gavroche ^^ 

Comme plusieurs autres manga de cette collection, le projet d'adapter en un tome de manga un si long roman demeurait très compliqué. Variety Art Works remplit le contrat, mais pour une vraie bonne adaptation en manga qui vaut d'être lue pour elle-même, peut-être faut-il se tourner vers la version de Takahiro Arai, composée de huit tomes. Il existe aussi de bonne adaptations cinématographiques. Et sinon, lire le livre original, irremplaçable

Hanoko, le 25/07/2018

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Vous êtes ici