Maître des Livres (Le)

Maître des Livres (Le)

Titre original: 
Toshokan no Aruji (図書館の主)
Auteur(s): 
Genre: 
Tranche de vie, drame, humour
Éditeur original: 
Houbunsha (prépublié dans Shuukan Manga Times)
Éditeur français: 
Komikku éditions
Date de sortie originale: 
2011
Date de sortie en France: 
2014 (le 28 août)
Nombre de tomes: 
15 (terminé)
Nombre de tomes sortis en France: 
15
Nombre d'éditions en France: 
1 simple
Couverture: 
souple + jaquette
Sens de lecture: 
Original
Nombre de pages: 
192
Prix: 
8,50€

Avis

Il ne s'agira pas là d'un maître des livres tel que Yomiko de Read Or Die, mordue de lecture et contrôlant le papier par télékinésie, mais d'un Maître des Livres bibliothécaire partageant avec tous ceux qu'il croise sa passion pour la lecture. Et sa particularité demeure sa spécialisation dans un genre bien précis: le livre pour enfant; mais ne vous y laissez pas prendre, Mikoshiba Itaya vous montrera que la littérature jeunesse n'est pas réservée seulement aux enfants

Le manga se construit de manière épisodique: un chapitre, un personnage central, une vie et un parcours qui lui sont bien propres. Un peu à la Bartender, nous découvrons donc l'histoire de divers personnages qui vont tous plus ou moins guérir un trauma, un complexe ou autre problème personnel par le biais de la lecture. À travers ces rencontres juxtaposées, une continuité se profile à travers les personnages récurrents tout au long du manga. À commencer par les bibliothécaires, le visiteur régulier Miyamoto et quelques autres personnages réapparaissant de manière plus ponctuelle.
Un manga que l'on pourra trouver un peu répétitif à la longue, mais en lisant la série de manière fragmentaire, on en appréciera mieux la lecture. En effet, l'auteur a assez bien réussi son ambiance à la fois conviviale, chaleureuse et pleine de sérénité. Une vision des bibliothèques qui semble un peu idyllique mais qui fait du bien dans ce manga qui nous change les idées. J'ai particulièrement aimé le fait que les oeuvres citées soient à la fois occidentales et orientales, le Maître des Livres est donc aussi bien parlant pour nous que pour les lecteurs japonais. Le manga donne assez envie de se replonger dans quelques livres de notre enfance en citant quelques titres dont je n'avais pas entendu parler depuis un moment, ou bien de découvrir des oeuvres japonaises. Le petit charme du manga est rendu possible également grâce au caractère très humain des personnages et à leur humour. Ils ont une certaine manière de parler qui a quelque chose de très naturel, décomplexé et qui fait qu'on se sent vite proche d'eux.
Le dessin est correct et la simplicité du style de l'auteur suffit pour ce type d'histoire. Les visages manquent de finesse, on remarque une tendance à dessiner des oreilles assez énormes, mais l'ensemble se tient.  

Le Maître des Livres n'est pas le genre de manga qui se dévore mais qui s'apprécie à petite dose. Un petit havre de paix qui ravivera potentiellement de bons vieux souvenirs

Hanoko, deux tomes lus, le 10/09/2014

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici