Made in Abyss

Made in Abyss

Titre original: 
Made in Abyss (メイドインアビス)
Auteur(s): 
Genre: 
Merveilleux, science-fiction, aventure, humour, mystère
Éditeur original: 
Take Shobo (prépublié dans Manga Life Win + puis Web Comic Gamma)
Éditeur français: 
Ototo (collection Seinen)
Date de sortie originale: 
2012
Date de sortie en France: 
18 mai 2018
Nombre de tomes: 
8 (en cours)
Nombre de tomes sortis en France: 
6 (en cours)
Nombre d'éditions en France: 
1 grand format
Traduction: 
Vincent Zouzoulkovsky
Couverture: 
souple + jaquette glacée brillante
Sens de lecture: 
Original
Nombre de pages: 
164
Prix: 
8,99€
Rythme de parution: 
Irrégulier

Avis

Sur le conseil d’Azumy-chan, qui m’a présenté ce manga comme son petit coup de cœur du moment, Je me lance dans cette petite aventure aux dehors tout mignons.

 

Made in Abyss présente un monde souterrain renfermant mille mystères que l’humanité, avide de connaissance, s’emploie à explorer. L’abysse attire aussi de nombreux aventuriers, tout autant avides de reconnaissance, qui n’hésitent à braver le danger pour descendre plus profondément. Ce lieu nous est décrit précisément, avec ses différents niveaux qui présentent des paliers de danger pour quiconque s’y avance. Non seulement de dangereuses créatures y vivent, mais aussi une malédiction provoque des étranges maladies pour tous ceux qui essayent de remonter, graduellement plus forte à mesure que l’on remonte de plus bas. Tout une organisation s’est instaurée afin de réglementer ces voyages dans l’abysse et encadrer les personnes effectuant les fouilles et recherches, afin de minimiser les risques

Une chose est sûre, l’auteur a vraiment travaillé son univers et arrive à nous intriguer à son sujet. Le manga rappelle forcément les grands romans d’aventure, Jules Verne et compagnie (dixit celle qui n'a lu aucun Jules Verne ), mais avec son ambiance bien à lui. Notre héroïne est une jeune fille enjouée, passionnée par son activité de carvernière, qui n’a pas sa langue dans sa poche et qui marche sur les traces de sa mère disparue, illustre exploratrice. Et elle trouve un enfant robot amnésique qui se va devoir un compagnon pour elle. Petit côté shonenesque donc ;). Les quelques personnages introduits sont plutôt sympathiques, bien que classiques.

Le dessin demeurait aussi l’élément qui ne m’attirait pas du tout, n’étant pas fan de kawai, mais force est de constater qu’il demeure de bonne facture. Les personnages sont bien faits, très vivant même si niveau character design, on a vu mieux. Pour ma part, ce sont surtout tous les détails du dessin de l’environnement qui me plaisent. Les coupes globales pour présenter les strates de l’abysse regorgent de détail et l’imaginaire du bestiaire prouve bien que l’auteur à un passif dans le monde du jeu vidéo (sans savoir sur quels jeux il a pu travailler, on se doute bien que ce n’était pas sur un jeu de course…). Les pages en noir et blancs semblent pourtant avoir été réalisées en couleur, d’après la manière d’ombrer de l’auteur. Est-ce juste une impression?

 

Bien que ce manga ne soit pas ma came pour des questions de style, je reconnais ses qualités, notamment grâce au travail apporte à son univers et au fait qu’il ne soit pas aussi enfantin qu’il en a l’air.
PS: petit point sémantique, en français un abysse normalement désigne une profondeur sous-marine, ici nous devrions donc plus parler d’"abîme"  mais il semble que la nuance n'existe pas en anglais donc, pardonnons cet écart

 

Hanoko, un tome lu, le 07/08/2019

 

Ce manga a été adapté en série animée.

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Vous êtes ici