LYLA & la bête qui voulait mourir

LYLA & la bête qui voulait mourir

Titre original: 
Raira to Shinita Gari no Kemono (ライラと死にたがりの獣)
Genre: 
Drame, fantastique, action
Éditeur original: 
Kadokawa (prépublié dans Young ace)
Éditeur français: 
Ki-oon (collection Seinen)
Date de sortie originale: 
2017
Date de sortie en France: 
2018 (le 22 février)
Nombre de tomes: 
2 (en cours)
Nombre de tomes sortis en France: 
1 (en cours)
Nombre d'éditions en France: 
1 simple
Couverture: 
souple + jaquette glacée mat
Sens de lecture: 
Original
Nombre de pages: 
196
Prix: 
7,90 euros

Avis

Lyla est une fille débrouillarde qui passe beaucoup de temps. Issue d'une famille déséquilibrée, elle et sa mère se soutiennent toutefois beaucoup. Alors quand un jour, à cause de la cupidité de son père oisif, une chimère assassin massacre sa famille, elle compte se venger proprement. Ça tombe bien, le tueur flash sur elle et la prend pour son ange de la mort et veut lui enseigner l'art du combat pour qu'elle lui ôte la vie. Il n'en peut plus de son existence et veut mourir dans des circonstances bien précises. 

En toute honnêteté, c'est le genre de manga qui me passe par-dessus la tête. Son sujet est quelque chose d'extrêmement récurrent, aussi bien dans le registre du fantastique que dans le registre de la science-fiction (je cite les deux plus emblématiques). Il est vu et revu que des machines ou des monstres se remettent en question et cherchent à acquérir des émotions humaines. Certains, par leur expérience, leurs efforts, leur bonté insoupçonnée se révèlent plus humains que les hommes eux-mêmes (ce que je trouve d'ailleurs erroné puisque la malveillance fait aussi partie de l'humanité malheureusement). Donc, quand cette problématique est annexe, ou seulement propre à un personnage s'inscrivant dans une grande intrigue, ça passe. Même si c'est quelque chose qui ne me touche pas, ce n'est au moins pas dérangeant. En revanche pour ce manga, c'est le coeur de l'histoire.
Ce premier tome est donc tout ce qu'il y a de plus prévisible en la matière dans le développement de la relation entre nos deux héros (je vais spoiler un peu le tome un). Aron est évidemment décalé par rapports à la socialisation et la manière dont il faut se comporter. Bien sûr qu'il va apprendre au contact de Lyla qui ne peut pour le moment pas le tuer, donc il aura le temps d'expérimenter de nouveaux sentiments que la violence. Et on se doute bien que Lyla, au début furieuse, finira par s'attacher à lui, elle en montre très tôt des signes. Elle traite Aron de sans coeur, alors que c'est tout le contraire, il possède un grand coeur mais manque juste de repères. Ainsi, toutes les scènes de ce tome un demeurent trop téléphonées. Nous verrons par la suite si le côté mafia se développera et ne se limitera pas qu'à de la simple traque, j'espère que le scénariste saura nous surprendre.
Côté dessin, ce sera mi-figue mi-raisin. Pour sûr, l'auteur a un style, que j'ai beaucoup aimé sur les premières pages. Il alliait très bien vivacité et spontanéité du trait avec une ambiance plutôt sombre en lien avec la représentation de la vie dans les bas-fonds. Malheureusement, très vite ça vire à un sentiment de cases bâclées une fois sur deux, ajoutées à des scènes d'action souvent embrouillées. Néanmoins, il convient de préciser qu'il s'agit du premier manga du dessinateur, quand son dessin aura mûri, il trouvera sûrement la bon équilibre. 

Le genre de manga émotion pour lequel je ne suis pas bon public, mais qui sait ce que les chapitres suivants nous réservent? 

Hanoko, un tome lu le 19/02/2018

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici