Journal Maudit de Soïchi (Le)

Journal Maudit de Soïchi (Le)

Titre original: 
Itoh Junji Kyofu Manga Collection 6 : Souichi no Noroi Nikki
Auteur(s): 
Genre: 
Horreur, fantastique
Éditeur original: 
Asashi sonorama
Éditeur français: 
Tonkam
Date de sortie originale: 
1998
Date de sortie en France: 
2009
Nombre de tomes: 
1 (one-shot)
Nombre de tomes sortis en France: 
1
Nombre d'éditions en France: 
1
Couverture: 
Souple, glacée, en relief
Sens de lecture: 
Original
Nombre de pages: 
224
Prix: 
9€

Avis

"Sorte de suite à Journal de Soïchi (Le), ce recueil de nouvelles met l'accent sur le côté malsain du genre. Moins fantastique que les autres, il n'en reste pas moins terrifiant dans le sens où tout est mené avec une démoniaque maestria.
D'un point de vue général, le manga est de la même qualité que les autres, visuellement parlant. On retrouve le terrible Soïchi et sa pauvre famille, l'accent étant mis sur le frère aîné du gamin cette fois (le précédent était principalement consacrée à la cousine). Mais que retrouvons-nous de plus dans ce tome par rapport aux autres ? Et bien, comme je le disais au-dessus, l'auteur a ici préféré mettre l'accent sur le côté malsain de Soïchi. Comme toujours, les clous et la magie vaudou sont très présents, ce qui n'est pas sans contribuer à l'ambiance déjà glauque du recueil. Voyons plus en détail les histoires.
"Les caprices et malédictions de Soïchi" met en scène un Soïchi plus dérangé que jamais qui s'en prend, un peu par dépit, à ses camarades de classe de diverses manières. Plus de peur que de mal dirons-nous, mais le geste-même reste extrêmement malsain. Bien que j'ai trouvé l'histoire trop longue, j'ai apprécié ce côté gamin rejeté qui se venge comme il peut des autres, ce qui contribue à l'amplification de son rejet.
La seconde histoire se nomme "La chambre aux quadruples murs". Claustrophobes, s'abstenir ! L'auteur joue ici sur le côté oppressant d'un endroit petit, clos et sinueux. Ajoutez à ça un Soïchi complètement barge et vous obtenez une nouvelle terrifiante à souhait. Difficile à supporter à mes yeux.
"Le cerceuil" parle, comme son nom l'indique, de cerceuils. Elle met en scène l'histoire de la mort du grand-mère de Soïchi mais aussi et surtout celle du gamin qui fera revenir à la vie son aïeul par pure caprice. Il veut un cercueil à l'occidentale pour pouvoir y dormir comme un vampire... Ce gamin est décidément taré.
"Les rumeurs", ou comment les mots peuvent mener à bien des malheurs. Ici, Soïchi, par dépit, fera courir de sombres rumeurs notamment sur le dos de Midori pour qui il a de l'affection à sens unique. La fin de cette histoire embraye sur la suivante.
La dernière histoire se nomme "Le mannequin". On y découvre le frère de Soïchi, Koïchi, aux prises avec un mannequin très laid mais que son groupe de réalisateurs amateurs a pris pour un film. Je dois avouer que le mannequin est très réussi dans le sens où il est aussi laid que dérangeant. Vraiment flippant. 

Voilà, en bref, encore un recueil de nouvelles signées ITO. On adore, on en veut encore !" 

Dragon de Givre, le 25/06/09, tome lu.

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici