Inspecteur Kurokôchi

Inspecteur Kurokôchi

Titre original: 
Kurokochi (クロコーチ)
Genre: 
Policier, suspense, humour
Éditeur original: 
Nihon Bungeisha (prépublié dans Manga Goraku)
Éditeur français: 
Komikku
Date de sortie originale: 
2012
Date de sortie en France: 
2015 (le 19 mars)
Nombre de tomes: 
14 (en cours)
Nombre de tomes sortis en France: 
7 (en cours)
Nombre d'éditions en France: 
1 simple
Couverture: 
Souple + jaquette glacée brillante
Sens de lecture: 
Original
Nombre de pages: 
208
Prix: 
8,50€
Rythme de parution: 
trimestriel

Avis

Un rookie est transféré dans la deuxième brigade de police. Nouvel environnement, nouvelles habitudes à prendre, normal quoi. Simplement, personne ne l'avait prévenu qu'il devrait carrément revoir toutes ses méthodes au contact de son partenaire particulier qui a une bonne dose de savoir-faire en magouilles judiciaires. Le jeune Seike croit donc avoir affaire à la pire pourriture parmi la police mais il va découvrir très vite que ce Kurokôchi, bien qu'il en ait tiré profit, s'attelle surtout à combattre le feu par le feu. La corruption enracinée depuis des décennies dans la hiérarchie de la police gangrène discrètement ce qui doit pourtant représenter la morale aux yeux la population. 

Ce manga raconte donc les pérégrinations de ce policier peu expérimenté en binôme avec un policier chevronné et sans scrupule, qui va naturellement l'entraîner dans ses plans foireux. Un schéma classique pour des histoires policières et peu original sur le fond mais qui prend une toute autre ampleur quand on voit les méthodes de Kurokôchi. Pots-de-vin, chantage, coups montés, falsifications... Le palmarès des sales coups de Kurokochi ne connaît point de limites, tout comme l'effet poupées russes des complots qu'il tente de démanteler. Le scenario avance très vite, les affaires s'enchaînent et s'entrecoupent, révélant à chaque fois une nouvelle épaisseur dans l'intrigue générale sans jamais s'embrouiller. Chaque chapitre apporte son lot d'humour, a priori peu adéquat avec le genre policier et qui viendra démarquer ce manga des autres, un peu à la Hitman - Part Time Killer. Le dessin participe grandement à la chose, l'auteur a un style très adulte, on voit qu'il y a de la maîtrise derrière et il le combine à des traits caricaturaux qui se prêtent à merveille aux bouilles de canaille des personnages. Une bonne réussite à ce niveau aussi donc.
Pour le moment la vedette est surtout accordée à Kurokôchi qui demeure l'élément fort du manga. Cependant, la fin du volume deux laisse entrevoir que c'est Seike qui prendra en main la suite des opérations qui s'annonce plus que corsée, je suis pressée de voir ce que cela donnera! Les autres personnages ne sont pas loupés non plus, mais on n'a pas encore de véritable développement sur eux. 

Kurokôchi, l'inspecteur aussi craignos que fortiche donne un bon coup de tonus dans le monde des polars ! 

Hanoko, deux tomes lus, le 26/03/2015

À savoir que ce manga a été adapté en drama portant le même nom sorti en 2013.
Si vous souhaitez poursuivre sur le sujet du Casse des 300 millions de yen, lisez Montage

Vous êtes ici