Hideout

Hideout

Titre original: 
Hideout
Auteur(s): 
Genre: 
Thriller, psychologique, horreur
Éditeur original: 
Shogakukan
Éditeur français: 
Ki-oon
Date de sortie originale: 
2010
Date de sortie en France: 
2011 (le 27 octobre 2011)
Nombre de tomes: 
1 (one-shot)
Nombre de tomes sortis en France: 
1
Nombre d'éditions en France: 
1
Couverture: 
souple + jaquette
Sens de lecture: 
Original
Nombre de pages: 
232
Prix: 
7,50€

Avis

Il pensait être tombé au plus bas, il voulait ressortir du gouffre quel qu'en soit le prix? Mais il est bien loin d'être au bout de ses peines. Seiichi avait tout donné pour sa passion et sa famille mais le mauvais sort a décidé de le plonger dans le tourment le plus terrible lorsqu'il a vu son fils mourir et que tout le monde l'a rejeté par la suite.
Décidé à tout recommencer à zéro, il est prêt à tout pour refaire sa vie, le meilleur comme le pire. Mais il n'imagine pas que ses actes auront de bien plus lourdes conséquences que ce qu'ils auraient dû avoir...
Hideout est un thriller psychologique poignant et étonnant. Dès les premières pages, nous sommes happés dans le gouffre de son histoire dont il est impossible de s'arracher avant sa fin. Déjà, visuellement Hideout est un joyau tant son dessin est fin, précis et très percutant graphiquement. L'ambiance sombre transparaît dans chacune des planches même celles se déroulant en plein soleil.
Le scenario est vraiment très bien pensé, alors que la couverture et l'incipit laissent croire à un manga d'horreur classique, très vite on découvre qu'il n'en est rien, Hideout a les pieds sur terre, terriblement ai-je envie de dire, pour une histoire très profonde. Le tout se clôt magistralement avec une conclusion surprenante et qui porte à s'interroger. Elle donne également un aspect de conte ou de fable à une histoire qui démarre sur un événement à part, singulier mais qui va aller bien au delà.
Le seul élément qui pourrait légèrement ternir le portrait est l'empathie mise en place. On sent que l'auteur a voulu établir des relations complexes où rien n'est simple et chacun a ses torts. C'est effectivement le cas mais malgré tout, on s'attache beaucoup au héros tandis que sa femme Miki et sa famille demeurent détestables du début à la fin. Je pense que l'auteur aurait dû diminuer un peu l'apathie qu'inspire Miki. Enfin, peut-être était-ce l'intention de l'auteur, de mettre le lecteur du côté du héros malgré ses torts dans l'histoire, mais je trouve que le manga aurait été encore plus fort s'il nous tiraillait entre les deux personnages. Mais rassurez-vous, c'est vraiment pinailler de ma part. Peut-être recherché-je à renouer avec ce que j'ai ressenti en lisant Je ne suis pas un homme

Hideout est sans conteste un excellent Seinen qui ne donne dans aucune mièvrerie ni mélodrame du dimanche mais il propose une histoire vraiment tragique qui ne laisse pas de marbre. Un one-shot à ne pas rater!

 

Hanoko, one-shot lu le 25/10/2011

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici