Fantasy lazy life (A)

Fantasy lazy life (A)

Titre original: 
Risou no Himo Seikatsu (理想のヒモ生活)
Genre: 
Tranche de vie, humour, ecchi, harem, fantastique
Éditeur original: 
Kadokawa (prépublié dans Young Ace)
Éditeur français: 
Delcourt-Tonkam (collection Young)
Date de sortie originale: 
2017
Date de sortie en France: 
2 janvier 2019
Nombre de tomes: 
5 (en cours)
Nombre de tomes sortis en France: 
2 (en cours)
Nombre d'éditions en France: 
1 de poche
Traduction: 
Studio Charon
Couverture: 
souple + jaquette glacée brillante
Sens de lecture: 
Original
Nombre de pages: 
192
Prix: 
7,99€
Rythme de parution: 
bimestriel

Avis

Un homme se retrouve projeté dans un monde parallèle heroic fantasy, invoqué par une reine. Sauf qu’il ne va pas devoir partir à l’aventure, affronter des monstres, suivre une quête. Par un concours de circonstances, il devient le compagnon de cette reine et son combat de tous les jours seront les bonnes manières et la diplomatie!

 

Ayant commencé directement au tome deux, nous entrons dans le vif du sujet. Zenjirô suit des cours de bienséance et d’éloquence afin de se distinguer en haute société et de savoir comment se comporter avec d’autres dirigeants de pays ou personnalités renommées. Il découvre aussi le fonctionnement de la magie et va devoir rapidement mettre en pratique ce qu’on lui inculque. C’est assez amusant à lire car le manga fait bien ressortir toute la complexité de manipuler son interlocuteur, de trouver comment défendre au mieux sa position sans froisser qui que ce soit, la posture et la gestuelle à adopter… On découvre aussi peu à peu les relations qu’entretient le pays de Capua avec ses voisins, les enjeux des affaires internes, les intrigues de cour royales, etc.

Pour le moment, je ne peux pas dire que je me sois beaucoup attachée aux personnages mais ils demeurent cohérents et aucun n’agace. Apparemment, le tome un lorgnait beaucoup plus du côté ecchi et harem féminin. Dans le tome deux, cet aspect  reste plus en retrait fort heureusement. Il y aura quelques scènes coquines dans les moments d’intimité entre Zenjirô et Aura, mais quoi de plus naturel pour un couple

Le dessin est correct, mais quand même un peu fait à la va-vite par moment, surtout au niveau du visage des personnages. Le reste se tient. Cependant, le style est du genre vu et revu, on ne sent pas vraiment une patte particulière du dessinateur. Le fait que le manga se passe dans un pays rappelant l’Inde fait que l’on aura droit à des personnages et décors exotiques, mais c’est bien là tout ce que l’on retiendra comme particularité de l’aspect graphique. Enfin, pour ceux qui aiment se rincer l’œil, l’auteur se lâche sur les formes opulentes d’Aura, après tout, il a dessiné quelques hentai avant de se lancer dans cette adaptation! Mais je constate avec soulagement que les gros plans poitrines/fesses demeurent relativement limités. A-t-il eut des consignes à ce sujet ou bien a-t-il eu la présence d’esprit, contrairement à beaucoup de ses confrères, de ne pas abonder en scène ecchi pour ne pas ruiner la crédibilité de son manga?

 

Un manga qui s’annonce fun et original, en espérant que le bon équilibre du tome deux persiste sur les suivants. Si vous souhaitez poursuivre sur de l'heroic fantasy orienté plus économie et politique, testez donc Maoyu.

 

Hanoko, tome deux lu le 24/04/2019

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici