Evil Eater

Evil Eater

Titre original: 
Evil Eater
Genre: 
Policier, fantastique, drame
Éditeur original: 
Shogakukan (prépublié dans Sunday GX)
Éditeur français: 
Ki-oon
Date de sortie originale: 
2011
Date de sortie en France: 
2014 (le 10 avril 2014)
Nombre de tomes: 
3 (terminé)
Nombre de tomes sortis en France: 
3
Nombre d'éditions en France: 
1 simple
Couverture: 
Souple + jaquette
Sens de lecture: 
Original
Nombre de pages: 
224
Prix: 
7,65€
Rythme de parution: 
terminé

Avis

Evil Eater nous propose un scenario policier très spécial. Il ne s'agira pas de résoudre des enquêtes, d'identifier les coupables et de débusquer les criminels mais de s'occuper des victimes. Ou plus précisément de la première victime. Nous suivons un duo d'agents spéciaux rattachés à un service secret de la police qui peut ressusciter la première victime de meurtrier. Elles reviennent à la vie avec un trait de leur personnalité exacerbé à en devenir malsain. Yôko et Nagumo sont donc chargés d'éradiquer ces « Bug ».
Le principe est assez intéressant car il nous présente les affaires criminelles sous un autre angle, celui de la victime revenue à la vie qui risquerait de commettre des crimes à leur tour. La magie constitue un paramètre supplémentaire d'investigation car ce bureau d'enquête emploie des agents aux pouvoirs télépathiques pour pénétrer l'esprit des victimes. On assiste en direct à tous les traumas des revenants que nos deux experts vont s'atteler à désamorcer pour que cela ne dégénère pas.
Evil Eater rappelle énormément Psycho-Pass en nous présentant la même trame scénaristique : dans un monde futuriste, deux policiers dont une petite nouvelle qui résolvent des affaires diverses dans un service particulier, on découvre tout le contexte de création de cette division spéciale, puis un sombre comploteur se profile pour renverser le système, on nous introduit le passé sombre de Kento Nagumo qui a perdu son ancien partenaire. Toutefois, après vérification, il semble qu'Evil Eater soit sorti avant Psycho-Pass. L'anime en question s'en serait-il inspiré ? Nous verrons si Evil Eater présentera les mêmes travers ou si son émule n'en a pas retenu toutes les qualités, mais Evil Eater semble mieux démarrer : le concept du manga avec les résurrections contrôlées est assez original, notre duo de héros est mieux équilibré et Yoko Amagi, malgré son allure de fillette naïve ultra moe, fait preuve de force de caractère.
Le dessin du manga est d'assez bonne qualité, on voit que le dessinateur se donne vraiment pour nous offrir un manga qui claque. Il exagère peut-être un peu trop sur les forts contrastes de noir et de blanc qui, à certains moments, rendent les pages un peu trop confuses, notamment pendant les interventions psychiques sur les victimes ramenées à la vie de nos héros. Je suis un peu déçue par le design des personnages qui a déjà été vu mille fois, ça n'aide pas à rendre le manga mémorable. On notera aussi les proportions du personnage de Saiko Reisen qui sont complètement absurdes. 

Une bonne idée de départ pour Evil Eater, des personnages qui tiennent des propos plutôt intéressants, croisons les doigts pour que la suite parvienne à nous surprendre. 

Hanoko, un tome lu, fin avril 2014

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici