Erased

Erased

Titre original: 
Boku dake ga Inai Machi
Auteur(s): 
Genre: 
Suspense, mystère, fantastique, drame, romance, psychologique, tranche de vie
Éditeur original: 
Kadokawa (prépublié dans Young Ace)
Éditeur français: 
Ki-oon
Date de sortie originale: 
2012
Date de sortie en France: 
2014 (le 3 juillet)
Nombre de tomes: 
8 (terminé)
Nombre de tomes sortis en France: 
8
Nombre d'éditions en France: 
1 simple
Couverture: 
souple + jaquette glacée brillante
Sens de lecture: 
Original
Nombre de pages: 
196
Prix: 
7,65€
Rythme de parution: 
Mensuel puis selon parution japonaise

Avis

Satoru Fujinuma est un homme moyen. Il vit seul, dans un appartement en location. Il n'est pas très sociable sans être totalement reclus, il vit modestement d'un petit boulot banal. Il aspire à devenir mangaka, s'est déjà fait publier sans parvenir à percer. Mais sa véritable particularité est une capacité liée à lui : celle de revenir dans le passé, plus ou moins aléatoirement, pour empêcher certains malheurs de survenir. Il ne maîtrise pas ce pouvoir qui se déclenche n'importe quand et se répète tant qu'il n'a pas réussi à éviter le drame concerné.  

Erased est un manga à l'ambiance assez particulière. La force du récit va crescendo, commençant d'une simple histoire à tendance un peu fantastique pour aboutir à une véritable enquête policière. Dès les premières pages, j'ai été intriguée par l'histoire. Le héros n'est vraiment pas banal dans le monde du manga car il est justement Monsieur tout le monde, sans exagération aucune. Il pourrait paraître inintéressant mais il a le genre de personnalité à laquelle je m'identifie facilement, donc c'était déjà un point de marqué. Ensuite, son passé ainsi que sa relation avec les autres personnages sont progressivement développés de manière à nous rendre vraiment curieux sur la façon dont tout cela sera exploité pour le récit. Et tout grimpera en ampleur à mesure que nous avançons dans le premier tome.
On remarque aussi un aspect très jeu vidéo du manga: Satoru serait le protagoniste du jeu et un joueur omniscient, au dessus du héros, choisirait de renvoyer le héros dans le passé tant qu'il n'a pas réussi à résoudre les énigmes. C'est comme si un joueur qu'on ne voit pas (pour le moment?) dans le manga rechargeait sa partie après un game over pour la refaire correctement. Le mystère quant à ces retours dans le passé ne fait que s'épaissir.
J'ai eu un peu de mal à m'habituer aux dessins bien que ce ne soit pas le premier manga de Kei Sanbe que je lise. Je trouvais les personnages un peu moches au début et les planches pas toujours très travaillées. Toutefois, grâce à la qualité de l'histoire, on a envie de poursuivre la lecture et on s'acclimate au style de l'auteur. J'ai fini par assez apprécier les bouilles de ses personnages, bien expressives, en particulier celle de la mère de Satoru qui ressemble étonnement à Okoi de Basilisk

Un premier tome qui nous prépare une excellente histoire pour Erased, avec deux interrogations : la provenance du pouvoir du héros et l'affaire du meurtrier d'enfants. À suivre de très près ! 

Hanoko, un tome lu, le 03/08/2014, puis tome 2 lu

Retrouvez la fiche de l'anime adapté: Erased

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Vous êtes ici