Edison Science Fantasy

Edison Science Fantasy

Titre original: 
Kuusou Kagaku Edison (空想科学エジソン)
Auteur(s): 
Genre: 
Science-fiction, aventure, mecha, drame, action
Éditeur original: 
Sony Magazine puis Gentosha (prépublié dans Comic Birz)
Éditeur français: 
Kami
Date de sortie originale: 
2000
Date de sortie en France: 
16 août 2006
Nombre de tomes: 
3 (terminé)
Nombre de tomes sortis en France: 
3
Nombre d'éditions en France: 
1 grand format (édition stoppée)
Couverture: 
Souple + jaquette papier mat
Sens de lecture: 
Original
Nombre de pages: 
248
Prix: 
8,99€

Avis

Dans un autre monde, une inventeuse de génie vit tranquillement avec les siens jusqu'au jour où son village subit une attaque. Elle va se retrouver au coeur d'une aventure épique qui ira bien au-delà de l'imaginable. 

Edison Science Fantasy est un manga très singulier. L'ayant pris en cours de route avec le tome trois, j'en ai une vision limitée. Mais son ambiance particulière est palpable entre son côté road trip, steam punk et Miyazakiesque. Il m'a fait penser un peu à du Tide-Line Blue par moment (ou plutôt l'inverse puisque ce manga est plus vieux). Les personnages, nombreux, sont très vite attachants, bien que beaucoup d'éléments de leur histoire m'échappent, forcément (en particulier les antagonistes). Quoi qu'il en soit, leur traitement semble bon, malgré quelques clichés dont on ne peut pas facilement se défaire. C'est assez amusant que la plupart d'entre eux portent le nom de grands penseurs et inventeur de l'Histoire (Galilée, Watt, Archimède...), cela ajoute un certain humour mais cela fait aussi écho au nerf de l'histoire du manga. Son scenario est très dense, il avance vite et nous entraîne dans ne foule de péripéties bien orchestrées. Le côté légendaire donne un aspect grandiose (je ne sais pas s'il transparaît aussi dans les volumes précédents) qui transporte vraiment dans une autre dimension. Je regrette toutefois que la fin soit tout de même trop expéditive, cela rend un peu moins crédibles certains personnages.
Le dessin est chouette, l'auteur a sons style bien à lui, mais son côté dessin à la va-vite fait que les pages ne sont pas toujours belles à regarder, voire vieillot. On sent bien le travail sur le dynamisme mais la narration lors des scènes d'action demeure parfois confuse. De plus, le manque de détail notamment dans les décors ne met pas en valeur la force dramatique de certaines scènes. Et l'anatomie laisse parfois à désirer, comme par exemple dans les points de vue en contre-plongée. Il aurait fallu que l'auteur trouve un meilleur équilibre entre la spontanéité de son geste et la précision. 

Le dernier volume de ce manga est en apothéose, je ne sais pas si les deux premiers volumes étaient aussi rythmés. Mais en tout cas, c'est un manga d'anticipation fort sympathique. 

Hanoko, tome trois lu, le 28/06/2017

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici