Echoes

Echoes

Titre original: 
Yume de Mita Ano Ko no Tame ni (夢で見たあの子のために)
Auteur(s): 
Genre: 
Drame, tranche de vie, suspense, psychologie
Éditeur original: 
Kadokawa Shoten (prépublié dans Young Ace)
Éditeur français: 
Ki-oon (collection Seinen)
Date de sortie originale: 
2017
Date de sortie en France: 
9 mai 2019
Nombre de tomes: 
3 (en cours)
Nombre de tomes sortis en France: 
à venir
Nombre d'éditions en France: 
1 de poche
Traduction: 
David Le Quéré
Couverture: 
souple + jaquette glacée brillante
Sens de lecture: 
Original
Nombre de pages: 
194
Prix: 
7,90€

Résumé des tomes

Avis

Kei Sanbe surfe sur le succès d'Erased pour proposer un manga dans la même veine: un fait divers avec un fond de fantastique. Le héros a vécu un drame familiale, la violence conjugale qui s'est terminée dans le sang, avec leur meurtre de sa famille. Livré à lui-même, il a plus ou moins bien tourné et s'adonne à de petits délits. Mais son désir de vengeance ne le quitte pas et le hasard va ramener l'objet de sa haine dans sa ligne de mire.

 

Le manga ne brille pas par son originalité, mais cela n'empêche pas que le premier tome reste plutôt prenant. En effet, le héros sort un peu des clichés, il n'est pas le genre de garçon courageux, gentil même dans l'adversité mais téméraire pour faire justice. Non. Sans modèle parental, Senri n'est pas un tendre. Il s'est associé à des voyous, a un comportement violent par moment, son parcours scolaire semble le cadet de ses soucis et il ignore pas mal Enan, sa seule amie présentée dans le manga. On s'attache assez à ce personnage pourtant antipathique, et l'on a envie de suivre avec lui sa quête de vengeance. On s'interroge forcément aussi sur la raison de ce meurtre et ce qu'il est advenu de Kazuto.

Son seul indice, il le tient d'une vision qu'il a eue de son frère. Le fait qu'ils partageaient leurs sensations et parfois la vue rappelle bien des fantasmes sur les jumeaux. Depuis des siècles, les jumeaux intriguent les gens qui fantasment sur les liens occultes qui pourraient les unir. L'auteur du manga prend donc au pied de la lettre cet imaginaire en ajoutant de lien fantastique entre Senri et Kazuto. Un peu cliché, mais cela sert plutôt bien l'histoire du manga.

Niveau dessins, on reste dans ce à quoi nous avait habitué l'auteur. On retrouve son style bien à lui dans l'expressivité des personnages et leur côté torturé qui ressort dans leur gestuelle. Les planches ont de l'impact, la narration est limpide, toutefois, j'ai trouvé ce manga un peu bâclé sur les bords, j'avais un meilleur souvenir de son travail sur Erased.

 

Un bon petit thriller qui s'annonce, nous sommes curieux de voir ce que l'auteur nous réserve pour la suite.

 

Hanoko, un tome lu, le 06/05/2019

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Vous êtes ici