Dead Mount Death Play

Dead Mount Death Play

Titre original: 
Dead Mount Death Play (デッドマウント・デスプレイ)
Genre: 
Dark fantasy, action
Éditeur original: 
Square Enix (prépublié dans Young Gangan)
Éditeur français: 
Ki-oon (collection Seinen)
Date de sortie originale: 
2017
Date de sortie en France: 
21 mars 2019
Nombre de tomes: 
3 (en cours)
Nombre de tomes sortis en France: 
2 (en cours)
Nombre d'éditions en France: 
1, simple
Traduction: 
Anne-Sophie Thevenon
Couverture: 
souple + jaquette glacée brillante
Sens de lecture: 
Original
Nombre de pages: 
208
Prix: 
8€65
Rythme de parution: 
bimestriel

Résumé des tomes

Avis

"Voici donc une prochaine sortie Ki-oon fort intrigante ! Le premier chapitre est disponible à la lecture depuis peu et a le mérite d'attiser ma faim.

Le manga commence comme un seinen de dark fantasy basique : un héros légendaire va tenter de défaire un monstre mythique et surpuissant risquant de plonger le monde dans les ténèbres. Sauf que le monstre en question, nécromancien, se téléporte dans notre ère actuelle sous la forme d'un jeune garçon. Ce dernier est d'ailleurs en danger de mort, puisqu'il se réveille la gorge tranchée. Grâce à ses pouvoirs nécromants, le garçon défait ses détracteurs... Mais que va-t-il donc en faire maintenant, lui qui voulait détruire l'univers auparavant ?

Un tel pitch ne peut que promettre une histoire palpitante et originale. J'ai hâte que le premier tome sorte pour voir si cela tient ses promesses.

Toujours est-il que le dessin est fort agréable et en décalage par rapport à l'ambiance sombre de l'histoire. En effet, un trait rond donne parfois un aspect poupon aux personnages, alors même que le sang gicle et que les morts s'accumulent.

Bref, un manga qui promet !

DDG, le 22/02/2019

 

 

Après l’aperçu de DDG, voyons ce que donne le tome un complet.

 

On se retrouve avec l’inverse de la plupart des mangas : au lieu d’un personnage lambda issu d’un monde similaire au notre, qui se retrouve projeté dans un autre monde fantastique, c’est un personnage de cet autre monde qui se retrouve transporté dans le nôtre. Et pas n’importe lequel, le gros boss de fin!

À partir de là, les événements s’enchaînent vite, car le héros se réincarne dans un jeune lycéen dont il ne sait pas rien et dont la tête est mise à prix pour une raison inconnue. Par un enchaînement d’événements, il se retrouve à coopérer avec les mercenaires qui étaient chargés de le zigouiller. Et tout leur remue ménage finit par arriver aux oreille de la police.

Le tome un présente beaucoup de personnages les uns après les autres et les scènes s’enchaînent de manière un peu aléatoire à partir de la seconde moitié du tome un. Cela m’a un peu égarée au début, me demandant bien où ce manga voulait en venir. Cependant, on peut en conclure que tout le tome un sert de grande introduction à la suite de l’histoire. Celle-ci sortant quand même pas mal de l’ordinaire, nous sommes biens curieux de voir ce qu’il se passera ensuite.

Le manga n’est pas hyper gore et installe une ambiance volontairement décalée. Les personnages parlent et réagissent souvent avec second degré et détachement, pour créer un comique de situation. Ayant souvent vu cette formule maintenant, je n’ai pas vraiment ri aux petites blagues, mais ça peut faire son effet si on découvre 

Pour le moment je suis assez mitigée concernant les personnages, auxquels je ne me suis pas encore trop attachée. Sans doute à cause du fait une fois de plus que le tome un en présente beaucoup, donc il faut encore du temps pour qu’ils soient bien développés.

Le dessin est sympa, assez propre et très rond. Surtout pour les personnages féminins au design assez pauvre, qui sont pour la plupart des minettes dotées d’airbags comme nibards (avec forcément de l’ecchi à la clef) au visage très poupin (femmes comme jeunes filles). Un style dont je ne suis pas fan, surtout s’il n’a aucune justification. Seule une vigile encre figurante se détache un peu. Le character design est un peu plus inspiré concernant les personnages masculins, à l’exception du héros qui a une tête passe-partout. On voit parfois quelques anatomies peu maîtrisées mais globalement, le manga est bien dessiné.

 

Un peu difficile de juger le manga à ce tome un, il a une base intéressante et présente un bon potentiel. Je suis un peu moins convaincue au niveau du style, mais l’histoire nous intrigue.

 

Hanoko, un tome lu le 09/04/2019

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici