Dark king of kings

Dark king of kings

Titre original: 
Maou no Kizahashi (魔王の階) - Dark king of kings
Auteur(s): 
Genre: 
Historique, fantastique, drame
Éditeur original: 
Shogakukan (prépublié dans Sunday GX)
Éditeur français: 
Delcourt-Tonkam (collection Seinen)
Date de sortie originale: 
2015
Date de sortie en France: 
21 septembre 2018
Nombre de tomes: 
2 (en cours)
Nombre de tomes sortis en France: 
1 (en cours)
Nombre d'éditions en France: 
1 simple
Traducteur: 
Vincent Zouzoulkovski
Couverture: 
souple + jaquette glacée mat avec vernis
Sens de lecture: 
Original
Nombre de pages: 
192
Prix: 
7,99€

Avis

Les histoires de vampires, nous en avons eu à toutes les sauces. Alors que le genre semble exploité jusqu'à la moelle, Dark king of kings en propose une vision qui sort un peu de l'ordinaire.

 

Le premier tome montre assez peu le côté fantastique. Il se consacre bien plus à la jeunesse de notre héros, son quotidien avec sa cousine, sa formation en tant que futur héritier au trône, etc.. D'autre part, il nous décrit tout le contexte géolpolitique dans lequel se place l'histoire, avec les luttes de pouvoir et les guerres entre les royaumes. Nous ne manquerons pas de noter que l'action prend place en Europe de l'Est, cela signe-t-il une réinterprétation de l'origine des vampires? L'autre aspect intéressant est que le héros est un personnage royal, on se demande donc comment il va s'en sortir pour cacher sa nature alors qu'il aura le regard de son peuple braqué sur lui. Néanmoins, il ne semble pas sensible aux rayons du soleil, j'attends une explicaiton à cette liberté prise.

Pour l'instant, l'histoire est assez sympathique à suivre. Bien que les personnages semblent classiques, le scenario avance à bon train, la précision sur les conflits entre pays donnent envie de découvrir la tournure que prendront les choses. Le côté fantastique intervient de manière sporadique, de sorte à piquer notre curiosité sans éclipser le reste. Au vu de la couverture, Dark king of kings ne va pas faire dans la dentelle et Stephan ne retiendra pas éternellement.

Concernant le dessin, le niveau est moyen. On voit que l'auteur demeure encore un peu débutant, ses anatomies manquent de précision, la pose des personnages paraît parfois peu naturelles et les visages manquent de maîtrise. Cependant, l'ensemble est soigné, plutôt détaillé et limpide à lire. On attend donc qu'il s'améliore et développe un style à lui plus reconnaissable.

 

Un potentiel intéressant pour ce manga mêlant Histoire et vampires.

 

Hanoko, un tome lu, le 24/10/2018

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici