Crying Freeman

Crying Freeman

Titre original: 
Crying Freeman
Genre: 
yakuza
Éditeur original: 
Shogakukan
Éditeur français: 
Kabuto
Date de sortie originale: 
1986
Date de sortie en France: 
Septembre 2005
Nombre de tomes: 
10 (Terminé)
Nombre de tomes sortis en France: 
10
Nombre d'éditions en France: 
1
Couverture: 
souple
Sens de lecture: 
Original
Nombre de pages: 
220
Prix: 
6,95€
Rythme de parution: 
terminé

Avis

"Crying Freeman fait parti de ces séries découvertes lors de leur première édition il y a dix ans de cela dans le magazine Kaméha, que je voulais absolument lire en intégralité cette fois, et qui a dorénavant un statut de "série culte". 

Avant tout présentons les auteurs. Koike est le scénariste d'une autre série culte : Lone Wolf and Cub (au passage je vous conseille de lire mon avis qui est réussi). Quant à Ikegami, il est bien connu grâce à de séries comme Sanctuary. Le problème c'est que la série date de 1986. Crying Freeman est une oeuvre de jeunesse pour Ikegami, et le dessin s'en ressent : le trait n'est pas suffisamment précis, et il n'a pas encore atteint son style photo-réaliste qui lui vaut sa renommée, en bref son style a vieilli. Le design des personnages ne rend pas bien (à part pour les personnes âgées, mais pour les jeunes c'est limite une calamité). La mise en scène dynamique fait passer la pilule. 

Bon ok Ikegami était jeune, mais niveau scénario, le vieux Koike il assure non ? Et bien non. Enfin nuançons : je connais ce manga depuis que je suis tout petit, en 10 ans j'ai eu l'occasion de le relire pas mal de fois, de voir le film plusieurs fois, et de même pour les OAV. Donc pour moi cette histoire n'a plus vraiment de secret (le début du moins). Niveau scénario, les OAV, s'ils sont fidèles à l'original, ne vont nous proposer que de l'action bête et méchante avec un Freeman imbattable. L'intérêt cependant du manga, ce n'est pas le tome 1 bercé de sentimentalisme, mais le tome 2, où on voit les années de formation du Freeman qui sont assez impressionnantes : voir son entraînement, voir comment il est devenu ce tueur si exceptionnel.  

A partir de la moitié du tome 4, on entre dans l'inédit (pour ceux qui ont déjà vu les OAV), et c'est plutôt pas mal, comme la saga africaine par exemple, où le freeman est obligé de faire croire qu'il est mort. De même que la saga japonaise des tomes 6 et 7. 

Autre problème scénaristique, les chapitres conclusifs sont bâclés en général, et le freeman ne rencontre presque jamais de réelles difficultés. 

Kabuto réédite cette série, et félicitons pour cette bonne édition, avec de jolies illustrations en jaquette, et des tranches du plus bel effet.
L'autre qualité de cette édition par rapport à celle de Glénat, c'est qu'on comprend qu'entre eux les personnages parlent chinois, ce qui ne transparaissait pas avant. Et j'ai eu l'impression qu'en lisant la version Kabuto, celle de Glénat avait été censurée... 

Crying freeman est un manga qu'il faut connaître parce que c'est culte et assez sympa, mais peut-être pas à lire ;)" 

Docteur Spider, 24/02/07

Pour vous faire une spéciale Freeman, jetez un oeil au film Crying Freeman, fait par un frenchy, et à la série d'OAV Crying Freeman fait... avec les pieds =) 

Jetez également un oeil à un autre tueur imbattable, quoi que bien moins expressif : Golgo13 - Choix des lecteurs

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici