Cercle du suicide (Le)

Cercle du suicide (Le)

Titre original: 
Jisatsu Circle
Auteur(s): 
Genre: 
Sectaire
Éditeur original: 
One Two Magazine-sha puis Ohta Shuppan
Éditeur français: 
Sakka (Casterman)
Date de sortie originale: 
2002
Date de sortie en France: 
2005
Nombre de tomes: 
one shot
Nombre de tomes sortis en France: 
one shot
Nombre d'éditions en France: 
1
Couverture: 
souple
Sens de lecture: 
Original
Nombre de pages: 
172
Prix: 
9,95€
Rythme de parution: 
Terminé

Avis

"À la une, à la deux, à la trois ! youpiii on est mortes !!!

Pour commencer cette lecture on pourrait se demander pourquoi ce sont seulement des filles (collégiennes ou lycéennes) qui se suicident ? D'une part parce que ce sont des élèves d'écoles non-mixtes, d'autre part - l'auteur ne l'explique pas, mais le montre ? - ce sont bel et bien les femmes qui subissent le plus la société japonaise : ce sont elles qui en arrivent à se prostituer par exemple. Cependant comme bien d'autres éléments, l'auteur ne nous livre pas de réponse, ce qui donne son charme à ce one shot puisqu'il est matiné de surnaturel, qu'une explication ne vient pas gâcher en étant bassement terre à terre. 

Ce manga est dérangeant par bien des aspects, mais celui qui m'a le plus marqué, c'est que ces personnages suicidaires, ou morts, sont heureux : ils ont accepté leur vie pourrie. Notre survivante dit « j'ai décidé de ne plus avoir de relation avec moi-même », et c'est cette espèce de distance à elle-même, qui lui donne une sorte de charisme. Elle a l'air épanouie dans sa pseudo léthargie, et non pas amorphe à cause des anti-dépresseurs. Il doit y avoir une résonance bouddhiste (ou shinto) dans cet sorte d'éveil. Cette catharsis opère également pour le lecteur, heureux de ne pas tomber sur une sorte de secte qui lorgne du côté du paranormal. La motion « Attention, certaines scènes peuvent heurter la sensibilité » n'est pas de trop. 

En feuilletant le volume, le dessin ne m'avait pas spécialement marqué, mais la lecture m'a révélé un trait fin, réussi, même si l'auteur n'a pas apporté le même soin à toutes les cases. Pour ne donner qu'un exemple les yeux ont vraiment quelque chose de particulier. Le fait que les ragots ne soient montrés que par les bouches qui les exprime, est bien vu car il appuie d'autant plus le fait qu'elles sont oppressantes, mais qu'il ne faut pas y prendre attention (c'est comme cela que je l'ai compris en tout cas). 

C'est vraiment gore, dans le style kowai, le manga d'horreur qui vise plutôt un public féminin (Shiori & Shimiko dans la Tête Décapitée, Tomie), pourtant on découvre dans la présentation de l'auteur que c'est un homme qui a fait ça, et cette présentation donne vraiment envie de lire d'autre oeuvre de lui dans le même genre. 

Les 170 pages du Cercle du Suicide sont lues très rapidement (il y a peu de textes, qui sont écrits assez gros). Je ne sais pas si c'est un coup médiatique, ou si l'auteur s'en est inspiré, mais le site http://www.haikyo.com/ (ruine.com) existe bel et bien, c'est un forum, qui est toujours actif, avec des messages en anglais et en japonais. C'est à visiter pour prolonger la lecture du volume. 

Avec un bon coup de crayon et une histoire vraiment intrigante, Le Cercle du Suicide est un manga fulgurant comme la vie ! » 

Docteur Spider, 31/07/07

Voir aussi Double Hélice, Fille des Enfers (La), Go ! Go ! Heaven

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici