Black Museum (The) - Ghost & Lady

Black Museum (The) - Ghost & Lady

Titre original: 
Kuro Hakubutsukan: Ghost and Lady
Auteur(s): 
Genre: 
Fantastique, drame, humour, action, historique
Éditeur original: 
Kodansha (prépublié dans Morning)
Éditeur français: 
Ki-oon (collection seinen)
Date de sortie originale: 
2015
Date de sortie en France: 
2017 (le 27 avril)
Nombre de tomes: 
2 (terminé)
Nombre de tomes sortis en France: 
2
Nombre d'éditions en France: 
1 simple
Couverture: 
Souple + jaquette papier
Sens de lecture: 
Original
Nombre de pages: 
308
Prix: 
8,65€

Avis

En voyant cette couverture, je me demandais si nous avions là un titre de la trempe d'un Kaori Yuki tel que Royal Doll Orchestra, au masculin. Mais dès les premières pages, c'est une ambiance absolument unique dans laquelle nous nous immergeons. 

The Black Museum - Ghost & Lady, c'est un mélange de drame, de mystique, de mystère, de dialogues cocasses, de combats entre créatures fantomatiques. Grey raconte son histoire des plus insolites où comment il redonne de la volonté à une femme suicidaire en espérant mieux encore la plonger dans le plus grand désespoir. Le tout sur un fond de scenario théâtral et agrémenté de citations d'écrivains célèbres. On pourrait croire ce manga sombre, mais il regorge de vitalité, c'est très baroque.
C'est un drôle de duo entre Florence, modèle de vertu à toute épreuve mais prête à mourir à tout moment et Grey, ce fantôme cynique et farceur qui se passionne pour le parcours de cette jeune femme en quête d'aider les miséreux. Cette alliance improbable va les mener bien plus loin qu'ils ne l'auraient imaginé, où chacun joue avec l'autre et se défie. On traverse avec eux de nombreux environnement, la bourgeoisie, des hôpitaux, des guerres sur fond d'Histoire. Le scenario est bien ficelé, se déroule naturellement devant nous pour nous captiver tout comme la conservatrice du musée.
Le dessin possède aussi cette dualité d'un trait spontané, nerveux, déformé combiné à un grand sens du détail, notamment dans ses décors et le design des ectoplasmes. Kazuhiro Fujita donne vraiment l'impression de s'éclater en dessinant et c'est communicatif, j'adore les bouilles des personnages et ce style à la fois propre et salle qui participe judicieusement à l'univers de ce manga. 

Asseyez-vous autour d'une bonne tasse de thé et dégustez les pages de ce manga raffiné et loufoque! 

Hanoko, un tome lu le 19/04/2017

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Vous êtes ici