Biomega

Titre original: 
Biomega (バイオメガ
Auteur(s): 
Genre: 
Science-fiction, action, aventure
Éditeur original: 
Kodansha puis Shueisha (prépublié dans Young Magazine puis Ultra Jump)
Éditeur français: 
Glénat (collection Seinen)
Date de sortie originale: 
2004
Date de sortie en France: 
2009 (mars)
Nombre de tomes: 
6 (terminé)
Nombre de tomes sortis en France: 
6
Nombre d'éditions en France: 
1 simple
Couverture: 
Souple + jaquette glacée brillante
Sens de lecture: 
Original
Nombre de pages: 
228
Prix: 
7,60€

Résumé des tomes

Avis

Dans un monde post-apocalyptique, l'humanité est en passe de s'éteindre. Un virus sévit et mute toute personne en créatures monstrueuses nommées "Drones". La colonie martienne a été la première décimée et la Terre risque de subir le même sort. Un agent spécial se rend dans une ville prétendument en cours de décontamination et va y constater que le bilan est plus sombre que ce qui se dit en dehors. 

Les lecteurs qui connaissent cet auteur le savent, lire du Tsutomu Nihei est avant tout une expérience d'ambiance. Son style graphique notoire demeure une référence pour tout amateur d'univers dark. Sa gestion des traits noirs et des ombres, ainsi que ses incroyables architectures n'ont de cesse de nous en mettre plein la vue. On voit aussi une forte mise en scène cinématographique dans de nombreux plans qu'il utilise pour la description visuelle de ses scènes. Tout autant que son coup de crayon, ses composition rendent l'immersion encore plus forte. Tsutomu Nihei, ce sont aussi des character designs bien à lui, à la fois beaux et étranges dans leur difformité (les yeux très écartés des humains, les drones, etc.).
Tout cela permet d'apprécier bien mieux cette histoire qui est pourtant le léger élément de déception pour ce manga. L'histoire n'a rien de très original, c'est un genre déjà maintes et maintes fois traitées dans la SF, que ce soit en films, en romans, en jeux vidéo… Je pense par exemple au jeu Halo avec ses parasites. D'ailleurs, Nihei a réalisé un chapitre d'un roman graphique pour cette saga, cet univers l'avait-il inspiré? En plus, le scenario laisse peu de place à la subtilité. Notre héros Zoichi se révèle très vite un superman invraisemblablement résistant et puissant, on sait juste qu'il est un être artificiel. Et le coup de la fille muette mais trop kawai en contraste avec son environnement de désolation qui constituera une quête pour le héros fait très fan service de base (même sans érotisme). Alors le manga se rattrape sur la complexité des organisations actrices de l'histoire et le mystère sur les personnages qui nous intriguent vraiment. Mais pour le moment, je ne sens pas la profondeur d'un Ergo Proxy ou Texhnolyze (qui sont pourtant des héritiers de l'oeuvre de Tsutomu Nihei). Sans être une spécialiste de cet illustre auteur, j'ai aussi l'impression que ses mangas se ressemblent un peu tous. 

Biomega est un manga envoûtant dans l'esthétique du sublime. Il me confirme une chose toutefois, les oeuvres de Tsutomu Nihei sont excellentes mais à dose modérée pour les apprécier au mieux. 

Hanoko, un tome lu le 28/12/2016

Wallpapers

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici