Bien Triste Famille (Une)

Bien Triste Famille (Une)

Titre original: 
Airen no Kazoku
Auteur(s): 
Genre: 
Tranche de vie, drame
Éditeur original: 
Seirindo Visual Co.
Éditeur français: 
Seuil
Date de sortie originale: 
1975
Date de sortie en France: 
2006
Nombre de tomes: 
1 (one-shot)
Nombre de tomes sortis en France: 
1
Nombre d'éditions en France: 
1
Couverture: 
souple, cartonnée, trouée
Sens de lecture: 
Original
Nombre de pages: 
192
Prix: 
17€

Avis

"Acheté au rabais dans un magasin de déstockage, j'ai découvert avec ce manga quelque chose de terriblement sombre, cruel et qui met mal à l'aise. Bienvenue dans les mines de charbon.
L'histoire débute en 1906, par une opération chirurgicale effectuée dans le secret et la honte. S'enchaînent ensuite les péripéties à huis clos dans ce village de 500 mineurs répartis en 4 équipes. Hommes et femmes cravachent 12h d'affilé dans des conditions difficiles, mais ne s'en plaignent pas. Leurs seuls plaisirs sont l'alcool, le sommeil et l'amour.
Je ne saurai clairement l'expliquer tant ce manga m'a laissée perplexe. Faute d'être totalement immergé dans l'histoire, le lecteur assiste presque impuissant à la dure vie que mène une jeune mère, et celle, plus poétique, d'un chef d'équipe samouraï à ses heures. Les hommes se battent, les heures de travail défilent, on monte une révolte étouffée dans l'oeuf... La vie palpitante des fourmis mineuses.
Graphiquement, c'est, selon moi, bien laid. Des traits hasardeux, des images parfois indéfinissables, des aplats de noir trop violents... L'anatomie est simpliste et les personnages ne se ressemblent pas toujours d'une case à l'autre. Les opérations chirurgicales sont très détaillées tout en semblant irréalistes. Ce coup de crayon ajoute à l'histoire pourtant déjà bien pourvue du sombre, du cru et du violent. Pourtant, et je ne saurai dire pourquoi, il ressort une certaine poésie du manga, peut-être grâce aux détails apportés aux décors et aux textures (bois, pierre, arbres, herbe...).
En bref, un manga très sombre, aussi sombre que les galeries minières et le coeur des hommes qu'il dépeint." 

DDG, le 28/12/10

"J'ai eu du mal à rentrer dedans, mais c'était facile d'en sortir :p" 

Docteur Spider, 24/09/11

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Vous êtes ici