Beyond Evil

Beyond Evil

Titre original: 
Aku no Higan (アクノヒガン BEYOND EVIL)
Auteur(s): 
Genre: 
Thriller, fantastique
Éditeur original: 
Kodansha
Éditeur français: 
Kazé
Date de sortie originale: 
2014
Date de sortie en France: 
2016
Nombre de tomes: 
4 (terminé)
Nombre de tomes sortis en France: 
3 (en cours)
Nombre d'éditions en France: 
1 simple
Couverture: 
souple, glacée
Sens de lecture: 
Original
Prix: 
7,99€
Rythme de parution: 
trimestriel

Avis

"C'est la couverture qui m'a tout de suite attirée. Ces couleurs (si le tome 1 est rouge, le 2 est bleu, le 3 sera vraisemblablement jaune), ce design, sont à mon sens un bon présage quant au contenu du manga. Et je ne me suis pas trompée.
L'histoire nous propose un monde où il est possible d'échanger des années de vie contre tout ce que vous voulez. Les marchands chez qui vous vendez votre vie ont les globes oculaires noirs et ne font pas spécifiquement dans la dentelle. Viktor est l'un de ces démons. Un jour, il sauve la vie de Gôta, un lycéen tête brûlée au sens de la justice fort. Il en fait son assistant et l'envoie accomplir divers travaux, pas toujours aisés. Car le marché de la vie est grand et certains commerçants ne suivent pas forcément les règles...
La force de l'histoire n'est pas nécessairement sa dynamique. En soit, la commercialisation de sa vie avec les démons, c'est déjà connu (même si ça reste peu exploité en manga à mon sens). Non, la force de ce manga réside dans ses personnages. Viktor et Gôta sont particulièrement intéressants à suivre, même si le lycéen apparaît de prime abord très lambda dans son rôle de héros-chevalier. Il évolue très rapidement et on ignore vraiment vers quoi il tend. Son contact avec le très charismatique Viktor ne lui apporte pas que du bon, et je me demande comment l'histoire va se terminer. Surtout que quatre tomes, c'est court !
Le manga est très rythmé. J'ai dévoré les deux premiers tomes rapidement, on veut savoir ce qui va se passer, on veut continuer de découvrir les démons en quête de nouveaux contrats, on veut observer ce cher Viktor dans ses frasques quotidiennes... Bref, un pur régal.
Le dessin est très chouette, la couverture ne nous ment pas. Le chara-design est au poil, l'ensemble des pages est soigné et détaillé. J'apprécie le rendu du mouvement, capital quand Gôta ou Viktor manipulent leur monde... Pas besoin d'en écrire plus, c'est très beau et efficace. 

En résumé, un manga où monnayer sa vie est possible, mais cela vaut-il vraiment le coup ? En tout cas, face à des démons aussi charismatiques de Viktor, il y a de quoi douter..." 

DDG, le 12/04/16, deux tomes lus.

Divers contrats avec des dieux de la mort dans Death Note.

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Vous êtes ici