All You Need Is Kill

All You Need Is Kill

Titre original: 
All You Need Is Kill (オールユーニードイズキル)
Genre: 
Science-fiction, action, psychologique
Éditeur original: 
Shueisha (prépublié dans Shuukan Young Jump)
Éditeur français: 
Kazé manga
Date de sortie originale: 
2014
Date de sortie en France: 
2014 (le 25 juin)
Nombre de tomes: 
2 (terminé)
Nombre de tomes sortis en France: 
2
Nombre d'éditions en France: 
1 simple
Couverture: 
Souple + jaquette mat
Sens de lecture: 
Original
Nombre de pages: 
208
Prix: 
6,99€

Avis

All you need is kill a été l'une des sorties événement de l'année 2014. Pour marquer le coup médiatiquement, le manga est paru de concert avec le film block-buster hollywoodien Edge of Tomorrow et présenté comme l'oeuvre qui a inspiré le film dans les salles. Toutefois, le film est, tout comme le manga adapté du roman original et non du manga lui-même. Ce seront donc deux visions différentes d'une même oeuvre.
J'avais vu Edge of Tomorrow que j'avais apprécié pour son principe de « die and retry » très vidéo-ludique, le fonctionnement de ce phénomène ainsi que l'apprentissage du héros à la fois marrant et intéressant, mais qui s'était très creux sur le fond et la relation entre les personnages à mes yeux. Je suis donc curieuse de voir ce que donne cette histoire en version manga. 

L'histoire se passe au Japon l'un des derniers refuges de l'humanité face à la menace de ces aliens nommés Mimics. Des combattants d'élite y sont rassemblés pour organiser la défense et tenter de repousser l'ennemi. L'un des soldats, au départ sans caractéristique particulière, va découvrir qu'il revient dans le temps à chaque fois qu'il meurt. L'occasion pour lui d'apprendre de ses erreurs et avancer un peu plus contre ces créatures meurtrières, mais aussi le risque de sombrer dans la folie en subissant cette épreuve.
En ayant vu le film, la surprise de la découverte de processus de boucle temporelle s'en trouve amoindrie, il fallait donc que le traitement soit bon pour que le manga ait un réel intérêt. J'ai d'abord été assez déçue par les personnages principaux. Takeshi Obata nous sert un character design terriblement cliché des mangas, surtout le héros qu'il aurait été impossible de faire plus passe-partout que ça. Et les filles (pourtant peu nombreuses) n'en parlons pas, le trip lolita est à son comble. Le cas de Rita Vrataski est en partie expliqué mais ça décrédibilise sérieusement le manga quand même. J'ai regardé par curiosité le character design original de Yoshitoshi Abe qui a l'air plus sympa globalement. Mais on aimerait voir des héros plus originaux, tels que les personnages secondaires de ce manga-même comme Jin Yonanaru ou le général Bartholomée Ferrell. Ensuite je regrette beaucoup que la dimension psychologique n'ait pas été exploitée jusqu'au bout, on n'en voit que les prémices dans le tome un alors que cette piste aurait rendu le manga vachement plus intéressant, ce qui aurait par la même occasion comblé un défaut par rapport au film que j'ai justement trouvé médiocre sur cet aspect. Mais à la place nous aurons droit à un tome deux presque mielleux porté sur une romance ennuyeuse. Les auteurs pouvaient facilement développer tout ça en écourtant grandement le flashback sur le passé de Rita qui est très redondant avec l'histoire du Keiji et n'apporte pas énormément de clef de réponse à l'histoire.
Même pour ce qui est des dessins, le niveau n'est pas tout à fait à la hauteur de ce que j'espérais. Outre le problème du character design, on sent bien que le registre d'action science-fiction n'est pas le domaine de Takeshi Obata: Les scènes de combats seront assez embrouillées dans la mise en scène. Ça explose un peu trop de partout au détriment de la clarté de lecture de l'action. Même certaines poses en dehors des combats en armure paraîtront un peu malhabiles. Cependant rendons à César ce qui est à César. Takeshi Obata reste un excellent dessinateur et s'en est quand même bien tiré sur ce titre. Malgré ces quelques défauts, son manga reste très soigné et plaisant à lire. Et je tirerai toujours mon chapeau à un auteur qui sort de sa zone de confort artistique et se donne des défis.  

Après tout ce bilan plutôt négatif, je ne condamne pas le manga grâce à son dénouement assez poignant et bien pensé. Cette chute aura rattrapé en partie ce qui m'a déplu auparavant et laissera finalement un sentiment positif. All You Need is Kill reste un bon manga dans l'ensemble qui gagne en intérêt si on n'a pas vu le film ni lu le bouquin original. Dommage que les personnages principaux soient ratés, ils auraient pu rendre le manga mémorable. Je vous conseille de lire Front Mission - Dog Life & Dog Style ou de regarder Blassreiter qui sortent davantage de l'ordinaire en matière d'action futuriste. 

Hanoko, deux tomes lus, le 21/02/2015

Wallpapers

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici