7 Milliards d'Aiguilles

7 Milliards d'Aiguilles

Titre original: 
70 Oku no Hari
Auteur(s): 
Genre: 
SF, action
Éditeur original: 
Media Factory
Éditeur français: 
Doki-Doki
Date de sortie originale: 
2008
Date de sortie en France: 
2010
Nombre de tomes: 
4 (terminé)
Nombre de tomes sortis en France: 
4
Nombre d'éditions en France: 
1
Couverture: 
souple, glacée
Sens de lecture: 
Original
Nombre de pages: 
190
Prix: 
6,95€
Rythme de parution: 
terminé

Avis

"Voilà un bien singulier titre. 7 Milliards d'Aiguilles, ou comment héberger dans son corps un extra-terrestre et devoir sauver le monde.
Le manga prend dès le début une tournure de film catastrophe. Une météorite qui amène l'entité mystérieuse jusque dans le corps d'Hikaru, un monstre de la même provenance qui tue tout ce qui bouge sans discernement, une seule personne pour l'arrêter... Ce n'est guère le genre de scénario qui me plait. Pourtant, ce titre a un je-ne-sais-quoi de nouveau, d'innovant.
D'abord, les relations tendues entre l'entité et son hôte solitaire. Les deux personnalités sont totalement opposées et Hikaru n'est pas du genre à vouloir coopérer. La lycéenne est singulière dans le sens où elle reste cloitrée dans son monde musical, symbolisé par son casque. Elle ne parle à personne, ne se fait jamais remarquer. L'arrivée de l'entité dans son corps change radicalement la donne et, pour le bien de la mission de l'extra-terrestre et le salut du monde, la jeune femme va devoir se socialiser. C'est attendrissant de la voir lutter pour discuter avec ses semblables, elle qui est parfois dirigée par un être d'ailleurs.
D'entrée de jeu, on sent les pouvoirs de l'entité et ceux du Maelström. Les combats s'annoncent tendus, surtout pour la pauvre Hikaru qui n'est qu'une humaine. Beaucoup de sang et de carnage en prévision, le monstre que poursuit l'entité ne fait pas de cadeau. Vraiment intéressant.
Graphiquement, c'est assez sympa malgré un chara-design particulier. Les personnages sont facilement géométriques, pointus. Les yeux sont simplifiés. Par contre, gros contraste avec le détail des bâtiments et le chara-design du Maeltröm. Ouh, la grosse bête

Voilà, en définitive, un manga de sauvetage du monde avec une grande dimension psychologique." 

DDG, le 07/03/10, 1 tome lu

Voir aussi Parasite

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Vous êtes ici