Date de sortie originale: 12 décembre 2013
Date de sortie en France: 15 mars 2015
Visuel Misérables (Les) tome 1

Contient les chapitres 1 à 3 de la Première Partie Fantine

 

1795, À Faverolles, Jean Valjean travaille en tant qu'émondeur pour subvenir aux besoins de sa sœur et ses sept neveux et nièces. Mais quand la saison d'émondage touche à son terme, il perd son emploi et ne parvient à en retrouver. Ne pouvant braconner, risquant l'arrestation, il vend le pistolet de son père mais ce qu'il en tire ne suffit pas pour survivre l'hiver. Sa sœur l'accablant, il en vient à voler une miche de pain mais se fait repérer et arrêter. Direction le bagne pour quatre ans, peine qui se prolonge durant dix-neuf ans en raison de ses tentatives d'évasion. Cette détention durant laquelle il se renforce physiquement en raison des durs travaux forcés, le pousse cependant à répudier toute foi et haïr la société où les riches ne cessent de se vautrer dans l'opulence, écrasant les pauvres. Quand il est libéré, on lui donne une centaine de francs pour son labeur et un passeport de couleur jaune attestant de son passage au bagne. Quand il demande à faire porter à sa soeur la moitié de la somme, on lui répond qu'elle est probablement morte depuis le temps et qu'il n'a plus aucune attache.

Ressorti, il ne parvient à trouver du travail à cause de son passeport le discriminant aux yeux de tous.

 

En 1806, Dans la province de Digne, Madame Magloire entre au service du nouvel évêque, nommé Bienvenu, qui s'installe avec sa sœur Baptistine. Désireux de venir en aide à tous les nécessiteux, il échange le palais épiscopal, spacieux contre le petit hôpital. Il revend toutes ses richesses pour en faire don aux pauvres. Il ne garde qu'un service d'argenterie. Il se rend à une synode des évêques er s'attire la disgrâce, s'y rendant modestement vêtu et à dos d'âne. Il fait des tournées dans des villages éloignés au trajet dangereux à cause de brigands et confessa un condamné à mort. Il a même indiqué à Magloire de ne pas verrouiller leur porte d'entrée pour la laisser ouverte à toute personne cherchant de l'aide.

Jean Valjean passe par Digne mais aucun habitant ni aubergiste n'accepte lui ouvrir sa porte, argent ou pas. Alors qu'il allait passer la nuit dehors, une villageois lui indique de frapper à la porte de Bienvenu. Jean, peu convaincu, essaye et l'évêque lui offre le dîner ainsi que le gîte. Dans la nuit, Jean, tiraillé par son nouvel instinct cruel, le pousse à voler l'argenterie et prendre la fuite. La police l'arrête toutefois et demande à l'évêque d'attester sa culpabilité. Bienvenu, raconte à l'inverse qu'il a offert l'argenterie à Jean et ajoute qu'il aurait dû prendre aussi les chandeliers. Après l'avoir innocenté, il lui demande de lui promettre de devenir un meilleur homme. Jean s’en va, dans la confusion la plus totale à l’idée qu’après tant d’années on lui témoigne enfin de la bonté, alors qu’il n’a connu que rudesse depuis sa petite enfance.

Plus loin, alors qu’il cogite, un enfant, le Petit Gervais, fait tomber une pièce qui roule aux pieds de Jean. Il chasse l’enfant, qui l’importune, mais Jean se rend compte plus tard que le petit voulait juste récupérer sa pièce. Ne parvenant à retrouver le garçonnet, le dépit le gagne à l’idée du tort qu’il a causé. Il retourne devant la maison de l’évêque et prie toute la nuit.

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Vous êtes ici

 


Une suggestion à faire? Une erreur à nous signaler? Des questions à nous poser? Vous pouvez soit vous créer un compte et venir nous en parler sur le forum ou en commentaire du contenu concerné, soit remplir notre formulaire de contact.