Magi – The Labyrinth of Magic
Visuel Magi – The Labyrinth of Magic / マギ – The labyrinth of magic (Shōnen)

Tome 35: La traversée des sept labyrinthes

Date de sortie originale: 18 août 2017
Date de sortie en France: 12 mars 2020
Visuel Magi – The Labyrinth of Magic tome 35

Contient les chapitres 339 à 349

 

Hakuryuu, à l’aide de Zagan et de Belial, combat Sindbad en Valefor. Celui-ci le soumet alors à la vision des échecs qu’il a connus à protéger l’Empire Kô et lui demande que croire et de quoi douter. Hakuryuu reconnaît qu’il a dû céder sa place à Kôgyoku, mais que voir ses semblables réussir à remettre le royaume sur pied lui convient. Il lui répond que croire en quelque chose d’autre que lui-même, car la perception que l’on ressent des choses évolue tout au cours de la vie. Il retourne donc la question à Sindbad, qui croit en lui-même avant tout et considère les autres inférieurs même s’il leur accorde sa confiance, le poussant à envisager ne pas être le seul digne d’être dieu de ce monde.

Alibaba, Aladin et Arba continuent vers le Labyrinthe de Zépar. Arba constate que Judal et Hakuryû ont réussi, ce qui la laisse perplexe, ce qui pousse Aladin et Alibaba et se demander si Sindbad aurait un autre but que la simple confrontation.

Ils accèdent au Labyrinthe de Zepar, où ils trouvent Sindbad avec l’image de Serendine, ancienne princesse de Partevia, du temps où il avait voulu fonder son premier royaume de Sindoria sur une île achetée à l’empire. Zepar était alors rattachée à la princesse, avant que Sindbad sacrifie sa vie pour le faire sien et mêler leurs deux rukhs. Lui et Serendine passent en revêtement djinn tandis qu’Arba conduit Alibaba au prochain labyrinthe. Tandis qu’Aladin commence à se battre contre eux,Sindbad lui pose sa question : les humains doivent-ils vivre par leur propre volonté ou se laisser guider par autrui. Sindbad, sachant Aladin défenseur du libre-arbitre, lui oppose qu’il est manipulé depuis le début par Salomon. Aladin l’admet, tout comme toutes les personnes qu’il a connues l’ont influencé au cours de sa vie. Il fait remarquer à Sindbad qu’une fois qu’il sera devenu dieu, seul, il ne pourra plus évoluer. Sindbad, intéressé, lui révèle que ces épreuves ont pour but de déterminer s’il estime quelqu’un d’autre que lui apte à devenir un dieu. En cela, il estime David, Arba et Aladin comme des compagnons pour discuter du sujet. Il déplore toutefois que les humains, qui se battent pour améliorer le monde, finissent par camper sur leur position une fois une situation confortable atteinte, quitte à faire la guerre pour défendre ses acquis. Sindbad ajoute que s’il a réussi à aller si loin, déjouant même les plans de David, c’est peut-être aussi une volonté de Salomon, Aladin s’opposerait donc aussi à Salomon en s’opposant à Salomon. Le jeune Magi répond que peu importe qui a initié leurs actions aux départ, c’est de leur propre chef qu’ils ont choisi de continuer.

En chemin, Alibaba raconte à Arba qu’il a rencontré de vieilles connaissances à elle, Wahid et Setta, ainsi qu’Il-Illah. Après sa mort contre Hakuryû, son esprit a été envoyé dans une dimension où se trouvait celui des habitants décédés d’Alma Torran. Il y rencontra Wahid, Setta, ainsi que Tess. Toutes les âmes demeuraient lasses, sans but, mais Alibaba les interrogea sur le moyen de revenir à la vie. Ils lui apprirent qu’un seul réussit cette prouesse, David, qui profita de la brèche ouverte entre cette dimension et la Terre afin d’accomplir ce dessein : détruire le monde créé par Salomon. Alibaba parvint à les motiver à chercher comment le ramener à la vie lui aussi. Tous se mirent à réfléchir, à partir de pierres provenant de la Terre arrivées par la brèche et contenant du rukhs de cet autre monde. Tous les morts d’Alma Torran réfléchirent ensemble et réussirent à créer un sort qui ramènerait Alibaba à la vie. Celui-ci leur proposa en retour de chercher un moyen de rassembler les différents dimensions contenant les âmes des défunts, Alma Torran tout comme Al-Thamen, Rukhs blancs tout comme les Rukhs noirs.

Arba mène Alibaba au Labyrinthe de Furfur et affronte Sindbad à son tour. Alibaba dit à Sindbad qu’il n’a jamais vraiment cherché à faire comprendre aux autres ses réelles intentions, d’où sa certitude d’être le seul à pouvoir accomplir quelque chose. Sindbad explique alors son point de vue : se libérer du fardeau du destin, établi par Il-Illah, dieu qui leur est supérieur, tout comme il existe d’autres dieux supéreiurs à Il-Illah. Il veut rompre cette verticalité. Alibaba pour sa part, affirme que sa force demeure en sa capacité à fédérer les autres, plus compétents que lui, autour d’un projet commun qu’il a imaginé. Sindbad fait venir Aladin pour la suite d débat. Alibaba expose son idée : au lieu de détruire la verticalité ou de maintenir les mondes tels qu’ils sont actuellement, il faudrait à la fois détruire les strates verticales entre dieux contrôlant des mondes et les séparations horizontales entre Rukhs noirs et blancs. Et cela pourrait se faire par le même sort qui lui a permis de revenir à la vie en traversant deux dimensions. Les djinns de Sindbad ainsi qu’Hugo apparaissent pour participer à la discussion. Hugo estime la manœuvre inenvisageable, car détruire toutes les frontières engendreraient une confusion sans précédents entre les habitants des différents mondes. Mais Alibaba rétorque que laisser les dimensions totalement isolées demeure impossible, Salomon lui-même à échoué à préserver le monde qu’il a créé. Alibaba, Aladin, Arba et Hugo se disputent sur la meilleure démarche à adopter, devant Sindbad, étonnés de les voirs tous les quatre si animés dans cette discussion. Il propose alors une alternative : sans détruire toutes les limites, permettre aux mondes de communiquer, tels des pays échangeant ensemble. Alibaba manifeste son approbation à sa proposition, Sindbad prend alors conscience du fait qu’Alibaba a réussi à mettre tout le monde autour de la table, au lieu que l’un impose sa vision.

Avis

Le combat ultime de toute la saga, où les conquérants déploient leurs djinns, les Magi sont en pleine possession de leur puissance magique… Et le combat prend la forme de batailles… Philosophiques ! Si c’est pas extra ça X)
Je regrette toutefois que Kôen n’ait pas pu participer à ces échanges, bien ce que ce soit logique au vu du scenario. Lui, avide de comprendre le monde jusqu’à son origine et son essence, je pense qu’il aurait été un autre interlocuteur intéressant.

 

Hanoko, le 08/12/2020

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Autres résumés

Vous êtes ici

 


Une suggestion à faire? Une erreur à nous signaler? Des questions à nous poser? Vous pouvez soit vous créer un compte et venir nous en parler sur le forum ou en commentaire du contenu concerné, soit remplir notre formulaire de contact.