épisode 10: Le Château Fantôme

épisode 10

Titre original: 
Genei Jou

Kuro et Rai progressent dans les couloirs du château quand ils aperçoivent Kuon, au loin partant seul dans un ascenseur. Puis soudain résonne un son insupportable pour Kuro et Rai qui perdent conscience.
Kuro s'éveille, attaché à un siège, après avoir rêvé de l'une de ses évadées avec Kuromitsu à l'issue de laquelle il vit Kuromitsu traîner le cadavre d'un homme qu'elle a décapité. Hasegawa vient le trouver et lui dévoile alors ce que Kuro ignore à propos de lui-même : il y a vingt ans, Yokoyama Hiroaki, un membre du JSDF, avait pour mission de capturer Kuro et Kuromitsu et il échoua et mourut. Hasegawa a remarqué qu'à présent, Kuro possède exactement les mêmes empreintes digitales que Hiroaki, alors que ce n'était pas le cas il y a vingt ans. De plus, l'ADN de Kuro prouve qu'il vit depuis plus de mille ans. Tout cela l'a conduit à déduire que Kuro change de corps régulièrement et perd la mémoire à chaque fois que cela se produit. Et c'est Kuromitsu qui procède à l'échange de la tête de Kuro avec celle de son nouveau corps. Hasegawa, dans une quête pour créer la forme de vie parfaite avait notamment créé lui-même Kuon, à partir du sang de Kuro…
Pendant ce temps, Kuon rencontre le Kuon original, la première création d'Hasegawa dont il a tout hérité, les souvenirs jusqu'à son habileté avec l'arme. Le nouveau Kuon était chargé d'infiltrer Haniwa pour faire revenir Kuro au Château Impérial Rouge. Le Kuon original tire une balle sur le nouveau, mais ce dernier, doué de certains pouvoirs des vampires, se relève et le tue.

Dans le laboratoire, Hasegawa prélève du sang de Kuro et s'apprête à l'injecter à Rai, pour observer la réaction. Devant la menace, Kuro réveille en lui ses pouvoirs, se libère et sauve Rai. Hasegawa s'injecte une grande quantité de sang qui provoque une mutation en lui.

Avis

L'on commence àà entrevoir la vérité sur Kuromitsu, personnage si ambiguë... 

Hanoko

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Vous êtes ici