Date de sortie originale: 19 mai 2017
Date de sortie en France: 3 février 2021
Visuel Homme qui tua Nobunaga (L’) — L’histoire de Yasuke le samouraï noir tome 1

Contient les chapitres 1 à 6 + annexes

 

2016, Akechi Kenzaburou défend devant un comité d'éditeurs de la maison d'édition Bungeisha que la version commune, stipulant que Mitsuhide se soit révolté contre Nobunaga par sentiment d'oppression malgré tous ses mérites, reposerait sur la tromperie d’un autre acteur de l’époque.

8 juin 1582, trois jours après l'assassinat de Nobunaga. Mitsuhide devait contrer les projets de Nobunaga pour apporter la paix au pays. Cependant se produisit la Volte-face de Chûgoku: quelqu'un avait informé Toyotomi Hideyoshi de la trahison de Mitsuhide et il marchait vers lui pour le vaincre. Mitsuhide comptait sur le soutien de ses alliés, sans quoi il ne se serait jamais rebellé mais Hideyoshi les retourna contre lui grâce à son usage habile du renseignement. Mitsuhide fut décapité et Hideyoshi qualifia son insurrection d’acte solitaire.

 

Dix-huit ans avant. Mitsuhide n'était encore que chûgen, rang guerrier juste au-dessus de simple fantassin. Il impressionna Hosokawa Fujikata, chargé de l'organisation militaire du Bakufu, lors d'un combat de sumo. Il s'illustra ensuite en exfiltrant Kakukei Ichiôjin, frère cadet du Shogun lors d'un coup d'état du seigneur Matsunaga Hisahide avec le soutien des Miyoshi à Kyoto.

Après la nomination d'Ichiôjin en tant que nouveau Shogun du nom d'Ashikaga Yoshiaki, Mitsuhide rencontra Oda Nobunaga, lequel comptait comme premier haut fait d’arme son triomphe contre Imagawa Yoshimoto à Okehazama, mais Nobunaga était considéré comme idiot. En tant qu'admirateur des stratèges chinois Wu San-Kuei et Sun Tzu, Mitsuhide complimenta toutefois Nobunaga pour ses manœuvres militaires. Mitsuhide entra dans les bonnes grâces de Nobunaga qui le prit à son service aux côtés de Hideyoshi.

Deux mois plus tard, Mitsuhide tint la résistance contre l'assaut mené par Kurozaemon Yakushiji et son armée, visant le Shogun, le temps de l'arrivée des renforts de Fujitaka puis de Nobunaga. Cela lui permit de s'élever dans la hiérarchie sociale et de gagner pour de bon la confiance de Nobunaga. Il confia à son épouse enceinte et sa fille qu'il voyait en Nobunaga un espoir de paix et d'unification du pays.

Nobunaga voulut contraindre le Shogun dans ses décisions et  le forcer à s’en remettre à lui pour la politique, ce qui déplut fortement à Yoshiaki. Nobunaga présenta Tokugawa Ieyasu à Mitsuhide, un soutien dans son nouveau projet : attaquer les Asakura à Echizen, ce qui lui permettra de dominer trois pôles essentiels du pays en vue de l'unifier. Mitsuhide tenta de l'en dissuader d'autant que les Asakura avait assuré la protection du Shogun auparavant, mais en vain.

La bataille prit place, les Azai prirent le parti des Asakura, alliés de longue date, bien que Azai Nagamasa fût marié à Oichi, petite sœur de Nobunaga. Le combat tournant mal pour eux, ils se retranchèrent au Mont Hiei, là où se trouvait le riche temple Enryakuji. Mitsuhide suggéra de tout incendier, d'autant que ce temple était connu pour sa cupidité et son vice, extorquant de lourds tribus à la population déjà en proie à la famine. Nobunaga tenta d'abord de négocier avec eux leur neutralité en n'abritant pas de clans, mais les moines atermoyèrent des jours et des jours de donner leur réponse. Nobunaga et Mitsuhide firent tout brûler et exécuter ces moines pécheurs. Puis ils obtinrent la victoire contre les deux clans ennemis, forçant Asakura Yoshikage, Nagamasa et Azai Hisamasa à se faire seppuku. Mitsuhide devint le premier des vassaux de Nobunaga à se voir octroyer un château. Nobunaga fit laquer d'or le crâne des trois seigneurs châtiés en mémoire de ses proches tombés au combat contre eux.

 

Quinze mois plus tôt des missionnaires jésuites dirigés par Valignano accostèrent au Japon. Parmi eux se trouvait Yasufe, esclave noir. Les Japonais le traitèrent en bêtes mais Nobunaga fut intrigué au plus haut point. Il le fit combattre le sumotori Aochi et Yasufe démontra une telle force qu’il le renversa et le mit à terre. Impressionné, Nobunaga le racheta aux jésuites et en fit un compagnon proche et le nomma Yasuke pour plus de facilité de prononciation pour les Japonais. Nobunaga fut le seul à traiter Yasufe en être humain depuis qu’il avait été arraché à son pays natal, le Mozambique et réduit à l’état d’esclave. Nobunaga lui témoigna même son envie de découvrir son pays.

Puis survint l’incident du Honnoji le 2 juin 1582. Nobunaga assiégé par Mitsuhide lui a-t-on rapporté, envoya  Yasufe avertir son fils Nobutada. Ce dernier tomba toutefois contre Mitsuhide lui aussi. Mitsuhide épargna Yasuke en l’envoyant à l’église jésuite Nabanji. Là, Yasuke confia aux missionnaires les derniers mots de Nobunaga et leur révéla que l’assassinat visait quelqu’un d’autre initialement. Témoignage qui serait consigné dans des écrits rapportés à la bibliothèque du Palais de l’Escurial à Madrid.

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Autres résumés

 


Une suggestion à faire? Une erreur à nous signaler? Des questions à nous poser? Vous pouvez soit vous créer un compte et venir nous en parler sur le forum ou en commentaire du contenu concerné, soit remplir notre formulaire de contact.