Gintama
Visuel Gintama / Gintama (銀魂) (Animes)

Épisode 95: Si t’es un homme, sois un Madao

Le procès de Taizo commence. Haga énumère les faits mais Gintoki défend que Taizo ne peut être accusé d’agression sexuelle sur la femme qu’il a entraînée dans sa chute car donner un caractère sexuel au Kinniku Buster est erroné selon lui. Il exige des preuves de telles allégations. Haga réplique par toutes les vidéos coquines qu’il a trouvées chez Taizo, qui selon lui prouvent la déviance sexuelle de Taizo. Gintoki exige de diffuser le contenu des vidéos, afin de prouver le caractère répréhensible de celles-ci. Après visionnage, Gintoki clame qu’il n’y a rien d’anormal à ce qu’un adulte consomme ce genre de contenu. Haga attaque sous un autre angle : les fréquentations de Taizo. Et pour cela, il montre un enregistrement de Gintoki, reluquant une femme n train de se changer chez elle (cf épisode 92). Il veut ainsi discréditer Gintoki pour traiter l’affaire. Taizo réplique que s’il peut être condamné pour un reproche envers son avocat, il a aussi de quoi porter préjudice à Haga : la photographie de lui, fréquentant Hatsu, qui est encore mariée à lui et sa tentative de chantage (voir épisode 94). Haga réplique qu’il fréquantait en effet Hatsu, mais en tout bien tout honneur et déclare fausse ses propos quant à se tentative de chantage. Il atteste que de toute façon, il n’avait pas besoin d’un tel procédé pour que lui et Hatsu puissent s’aimer. Gintoki conclut alors que la seule manière de sauver Haga serait de prouver ce soit-disant amour. Shinpachi et Kagura diffusent alors d multiples autres photographies de Haga, au bras de multiples autres femmes, riches de surcroît. Haga répond que les autres sont des amies, seule Hatsu est son amante. Gintoki raconte alors une histoire, celle d’un couple dont les deux membres n’appartenaient pas à la même classe sociale. Mais après leur union, le mari de plus basse condition, se vit confier par le père de l’épouse un poste d’officier haut-placé. Mais il refusa de porter un costard pour son travail, ce qui lui valut des remarques négatives. Il se résigna à aller présenter des excuses à son chef en portant le costard mais son épouse lui avait coupé l’herbe sous le pied, demandant pardon au chef en portant un kimono misérable. Le mari déchira son costard et se joignit à son épouse pour implorer le pardon. Gintoki ajoute que depuis, cet époux porte toujours ce costard abimé pour les occasions importantes. Et Gintoki, jette vers le public un paquet contenant un costume propre que l'époux n'a donc jamais porté. La personne récupérant le paquet n’est autre que Hatsu, vêtue d’un kimono rapiécé, qui s’en va.

Le juge rend son verdict : Taizo est coupable seulement d’avoir fait pleurer son épouse et lève la séance. Taizo part alors la rejoindre, tandis que Gintoki demande à Haga pourquoi il n’a pas sorti l’affaire du refus de seppuku de Taizo (voir épisode 94). Haga répond qu’il voulait se mesurer à la loyale à Taizo pour éprouver les sentiments amoureux de Hatsu, il a donc constaté qu’elle aimait encore Taizo.

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Autres résumés

Vous êtes ici

 


Une suggestion à faire? Une erreur à nous signaler? Des questions à nous poser? Vous pouvez soit vous créer un compte et venir nous en parler sur le forum ou en commentaire du contenu concerné, soit remplir notre formulaire de contact.