épisode 5

Après que Narsus a prêté serment, le petit groupe part sans attendre. Les soldats piégés au fond du puits finissent par sortir et commencent à ratisser la zone pour retrouver les fugitifs. Narsus guide Arslan et Daryûn vers une grotte cachée pour y attendre que les soldats ennemis s'en aillent.

L'armée des Lusitaniens a atteint les remparts d'Ecbatâna et arborent en prisonnier de guerre Shapûr, que le général Bodin veut châtier sous le regard des défenseurs Parse. Mais Shapûr élève sa voix jusqu'aux siens et ordonne qu'ils le transpercent de flèches plutôt que de le laisser se faire tuer par l'ennemi, lâche et impie. Les soldats tirent alors leurs flèches mais ils sont hors d'atteinte. Cependant un mystérieux archer tire un trait droit dans la tête de Shapûr, lui offrant une mort instantanée. Le combat éclate entre les deux camps. Cependant, les Lusitaniens ne parviennent à percer les murs des Parses.
La reine Tahaminé convoque l'archer pour le récompenser. Ce dernier est un barde voyageur qui a eu une nuit d'amour avec l'une des suivantes de la reine en lui faisant croire qu'il était un prince. Tahaminé n'a que faire de ses histoires et lui demande de montrer ses talents de musiciens. Il joue alors une ode à Parse à l'issue de laquelle la reine lui offre deux cents pièces d'or.
À l'extérieur, les Lusitaniens adoptent une autre tactique. Les milliers de soldats hurlent aux esclaves de la cité de se rebeller et ouvrir les portes pour rejoindre leur rang car aux yeux du dieu Yahldabôth tous les hommes sont égaux. Le message fait malheureusement mouche pour Parse et tous les esclaves se soulèvent et mettent à feu la ville.

Dans la grotte, Narsus étudie la configuration de la guerre et envisage avec Arslan qu'effectivement les esclaves puissent constituer le point faible de la forteresse d'Ecbatâna.

Avis

Il paraît quand même peu probable que les esclaves aient comme ça tous la volonté de se soulever ainsi, aussi spontannément.  

Hanoko

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Vous êtes ici