Mao Mao se rend chez feu l’orfèvre, accompagnée de Basen. Elle rencontre les trois fils du défunt et la veuve. Les trois enfants ont hérité pour l’aîné de l’atelier, pour le cadet d’une commode dont la seul clef qu’il détient n’ouvre aucun tiroir et pour le benjamin d’un vasque. Réunis dans l’atelier, Mao Mao commence son inspection des lieux et des objets, supposant qu’ils font partie de l’énigme laissée par leur père. De plus, celui-ci avait indiqué dans son testament qu’il souhaitait que ses fils continuassent à prendre le thé ensemble comme avant. Mao Mao repère une table, posée sous la fenêtre et dont les traces dessus indiquent qu’un objet s’y trouvait avant. Le benjamin confirme que le vasque y était posé avant. Mao Mao est intriguée par la lumière de cette fenêtre étroite et lui demande de reposer le vasque à cet emplacement. La lumière passant à travers le verre de l’objet, créé un faisseau aboutissant à la serrure du tiroir du milieu de la commode. Elle demande ensuite au cadet d’y insérer sa clef et il réussit à ouvrir le tiroir, dans lequel se trouvait un moule d’une autre clef, rempli d’un métal. Mao Mao suppose que la serrure était obstruée par un métal, que le faisseau de lumière l’a suffisemment chauffé pour le faire fonder et couler dans le moule. La nouvelle clef ainsi produite permet d’ouvrir les autres tiroirs au sein desquels se trouvaient de l’étain et du plomb. Chang et Tsu, l’aîné et le cadet, croient à une mauvaise farce de leur père pour les faire tourner en bourrique. Le benjamin leur rétorque toutefois que le souhait de leur père était qu’ils restassent unis. Chang et Tsu répondent que leur père n’ayant d’yeux que pour lui, le meilleur artisan parmi ses fils mais ce dernier rétorque que leur père vantaient aussi leurs mérites à eux. Mao Mao et Basen les laissent là, le reste leur incombant. Avant de partir, elle leur fait la promotion de services de médecin de son père Luomen.

Quelques jours plus tard, Lakan retourne voir Jinshi et le remercie pour la résolution de l’affaire. Il lui apprend que Tsu et Chang se sont dédiés respectivement à la gestion et au développement commercial de l’atelier hérité de leur père, tandis que le petit frère se consacre à la production artisanale. Ils travaillent donc ensemble, chacun avec sa spécialité. Jinshi en profite pour demander à Lakan la suite de son histoire, comme il a fait chuter le prix de la prostituée qu’il convoitait. Lakan l’invite plutôt à poser la question à quelqu’un proche du milieu.

Jinshi reçoit ensuite un message. Il fait venir Mao Mao et lui demande de le maquiller.

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Vous êtes ici

 


Une suggestion à faire? Une erreur à nous signaler? Des questions à nous poser? Vous pouvez soit vous créer un compte et venir nous en parler sur le forum ou en commentaire du contenu concerné, soit remplir notre formulaire de contact.