Mao Mao se prépare pour repartir à la Cour. Mei Mei, Pailin et Joka couvrentMao Mao d’affaires à emporter et l’incite à leur dégotter des clients fortunés pour leur maison close. Son père a encouragé Mao Mao dans sa décision et elle aura le droit de lui rendre visite. Il lui conseille toutefois d’y aller mollo sur son matériel d’apothicaire qu’elle voudrait emporter avec elle, on pourrait la prendre pur une empoisonneuse.

Le jour où Jinshi vient chercher Mao Mao, les filles de la maison close l’ont pomponnée. Elle attire ainsi bien des regards, ce qui agace Jinshi qui lui demande de bien veiller à ne pas oublier au quotidien de se dessiner ses taches de rousseur. Son arrivée au palais fait jaser parmi les soldats, étant donné que Mao Mao vient de la maison close réputée nommée le Palais Vert-de-gris. Mao Mao sera cependant affectée à la Cour Extérieure, sous les ordres de Jinshi. Elle fait la connaissance de Suilen qui lui fait la visite des lieux. Et Jinshi lui annonce qu’il compte lui faire passer l’examen impérial.

Le lendemain matin, elle va retrouver Suilen pour l’aider. Elle est étonnée que Suilen soit la seule servante en poste ici. Celle-ci lui explique que seules les personnes de confiances sont recrutées et que les précédentes servantes se sont toute enfuies en découvrant dans leurs affaires des sous-vêtements à pas elles et tissés en cheveux. Elles apportent ensuite à Jinshi son petit déjeuner. Tandis que Jinshi s’affaire à de la paperasse, Gaoshun fait faire à Mao Mao la suite de la visite de la Cour Extérieure. De retour, Suilen confie à Mao Mao du charbon à transmettre à Jinshi. Elle le dépose à son bureau, lui étant absent et elle s’en va. Des secrétaires la remarquent et la regardent d’un mauvais œil. Elles viennent lui chercher querelle pour savoir pourquoi Jinshi a embauché une gueuse comme elle. Elle leur assure qu’elle n’a pas bénéficié de faveurs de sa part et qu’il l’a embauchée par générosité. Elle leur montre son bras boursouflé pour les effrayer, bras sur lequel elle a expérimenté des poisons.

Mao Mao échoue à l’examen impérial et reste simple servante. En fin de journée, Mao Mao passe par une allée et en admire la végétation. Une secrétaire, sortant du camp militaire, la gronde toutefois de traîner ici. Mao Mao sent sur elle une odeur de santal avec une amertume. Un ministre observe Mao Mao de loin.

 

La nuit, une personne transmet une pipe en métal à un garde.

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Vous êtes ici

 


Une suggestion à faire? Une erreur à nous signaler? Des questions à nous poser? Vous pouvez soit vous créer un compte et venir nous en parler sur le forum ou en commentaire du contenu concerné, soit remplir notre formulaire de contact.