Berserk (2016)

épisode 8: Réunion dans l'antre du diable

épisode 8

Titre original: 
Makutsu no saikai (魔窟の再会)

Farnese lance tous ses chevaliers à l'assaut pour éliminer les hérétiques, Guts inclus. Ils commencent par affronter les hérétiques changés en démons tandis que Gust affronte la créature mi-bouc mi-humain. L'attaque frontale étant trop dangereuse, il le crible de traits de son arbalète et lui lance une petite bombe. L'explosion lui permet de décapiter la bête. Il part, espérant rejoindre Isidro parti devant avec Nina et Casca. Ils ont fui par un chemin étroit de falaise mais ils aboutissent à un cul de sac. Ils doivent descendre par une corde installée là.
Guts emprunte à son tour le chemin de falaise mais il se retrouve confronté à Serpico venu le tuer pour soulager la conscience de Farnese. Sur ce chemin étriqué, il a l'avantage par rapport à Guts qui utilise des armes lourdes encombrantes. Mais Guts réussit à briser la rapière de Serpico. A présent désarmé, ce dernier doit prendre la fuite.
En bas de la falaise, Nina tombe nez à nez avec Joachim, qui alerte aussitôt les soldats. Isidro était en train de faire descendre Casca mais elle se détache et termine sa descente avec beaucoup d'agilité. Elle et Nina se font capturer avant qu'Isidro n'ait eu le temps de les rejoindre. Plus tard, Guts arrive et Isidro lui apprend la mauvaise nouvelle. Il allait passer ses nerfs sur lui mais il se retient.

Dans la nuit, Guts, Isidro, Luka et Puck se rendent au monastère pour essayer de faire libérer Casca et Nina. Luka compte faire jouer de ses relations là-bas. Puck s'infiltre dans l'édifice pour chercher les deux jeunes femmes.
Pendant ce temps, Nina est emmenée en salle de torture, les bourreaux veulent déterminer qui entre elle ou Casca est la sorcière. Nina voulait dénoncer Casca mais elle se ravise, choisissant de se détourner de sa propre survie cette fois. Cependant l'effroi la gagne une fois entrée dans la salle de torture.

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici