TEZUKA Osamu

Photo/image de TEZUKA Osamu

Biographie

Tezuka Osamu (手塚 治虫) est un dessinateur scénariste japonais de manga, réalisateur et scénariste d’animes et illustrateur, né le 3 novembre 1928 à Toyonaka, dans la préfecture d'Osaka et décédé le 9 février 1989 à Tokyo. Il est surnommé au Japon le "Dieu du manga".

Il grandit avec une culture cinématographique dont les œuvres de Charlie Chaplin et de Walt Disney grâce à son père qui possédait un projecteur de films. Les films de Disney constitueront une source majeure d’inspiration pour lui et il aime particulièrement Bambi. À ses quatre ans, sa famille s’installe à Takarazuka, ville bordée de nature où il se promène souvent et développe une passion pour les insectes. Sa mère l’introduit à la vie artistique de la ville, réputée pour son théâtre et sa Revue où, contrairement à la coutume du milieu intégralement masculin, tous les rôles des pièces sont joués par des femmes. Tezuka passe son temps à dessiner et gagne l'admiration de ses camarades de classe en reproduisant leurs héros de mangas préférés. Il publie ses premiers mangas en 1946 dans la revue pour enfants Mainnichi Shôgakusei Shimbun, et décroche à l'âge de dix-sept ans une place de rédacteur au sein du Shōkokumin Shinbun, où paraît sa première bande dessinée professionnelle, Le Journal de Mā-chan.

Suivant en parallèle des études de médecine à l'Université d'Osaka, Tezuka réalise en 1947 la Nouvelle Île au trésor avec Shichima Sakai, manga qui se vend à plus de 400 000 exemplaires. Il travaillera aussi ensuite en tant que critique de cinéma. Il rencontre à cette époque le jeune TATSUMI Yoshihiro qu'il conseille, et qui deviendra plus tard le créateur du gekiga, démarche que Tezuka désapprouvera.

En 1952, Tezuka donne naissance à un héros qui marquera des générations de Japonais : Astro Boy. Il influencera de nombreux artistes et scientifiques, comme le témoigne Matsui Tatsuya, designer du robot enfant Posy, décrivant Astro Boy comme une nouvelle source de rêve pour les enfants après la seconde guerre mondiale.

En 1953, il s'installe pour travailler à Tokyo sur la recommandation d'un éditeur, dans une petite maison de bois appelée Tokiwasō (la villa Tokiwa) où il embauche une équipe pour l’épauler dans ses travaux, lançant ainsi le concept d’assistants de mangaka. Cette bâtisse deviendra célèbre pour avoir abrité depuis une succession d'artistes. Il connaît à cette époque une certaine rivalité avec Fukui Eiichi.

En 1961, il fonde le studio Mushi Production, qui lui donne l'indépendance nécessaire pour mener ses recherches sur les techniques de l'animation. Le succès des animes produits donne les moyens au studio d'employer des artistes tels que Osamu Dezaki et Rintarō. Couplée aux techniques d'animation limitée, la force d'innovation de Tezuka lui permet de réaliser des épisodes de séries animées à un rythme hebdomadaire ; un concept et une technicité qui sont très vite adoptés par les plus grands studios. L’anime Astroboy devient la première série animée japonaise diffusée chaque semaine, en 1963, et le Roi Léo l’une des premières séries animées en couleur, en 1965.

Malgré sa renommée au Japon, la reconnaissance de Tezuka à l’étranger demeure limitée. Il rencontre Walt Disney qu’il admire depuis tout petit en 1964 à l'occasion de la Foire internationale de New York. Pourtant dès années 1960, la société Disney voit l’Œuvre de Tezuka comme une menace envers son industrie, et impose aux réseaux de diffusion télévisée de cesser de diffuser Le Roi Léo et Astro Boy, sans quoi ils leur retireront tout droit de diffusion des productions Disney. Il faudra attendre 1980 où l'International Film Festival de Las Vegas décernera son prix d'animation au film Phénix, l'oiseau de feu (Space Firebird) et le Comic-Con de San Diego le prix Inkpot à Tezuka.

Tezuka initie le projet de réalisation de trois films d’animation, les Animerama, afin de toucher un public adulte, l’animation étant considérée jusque-là comme exclusivement pour les enfants. Il les réalise avec Yamamoto Eiichi ; le premier film Mille et une nuits sort en 1969 et constitue le premier film d’animation érotique du Japon. Il rencontre un certain succès, mais ce n’est pas le cas du deuxième film qui provoque de lourdes difficultés financières pour le studio et le troisième film, Belladone de la Tristesse (La), entraîne la faillite du studio en 1973 malgré les critiques élogieuses. Tezuka fonde alors un nouveau studio du nom de Tezuka Productions.

En France, les animes Astro, le petit robotPrincesse Saphir et Le Roi Léo sont diffusés à la télévision dans les années 1980. De 1978 à 1981, le magazine de bande-dessinée Le Cri qui tue est l'un des premiers publier en France des mangas d'auteurs célèbres, dont le manga Ignis de Tezuka. Cependant, l’opinion publique en France reste réticente envers les mangas et l’animation japonaise, et Tezuka n’obtient que peu d’attention quand il fait projeter à la 9e édition du Festival international de la bande dessinée d'Angoulême en 1982 son film Hi no Tori 2772. Néanmoins durant cet événement, il se lie d'amitié avec Moebius qui actera pour la promotion des mangas en France, tout comme certains critiques conscients de l’importance de Tezuka dans le patrimoine mondial de la bande dessinée. Les mangas Astro, le petit robotLe Roi LéoBlack Jack et Bouddha, feront partie des premiers à paraître en France, aux éditions Glénat et Tonkam.

Tezuka, atteint d’un cancer, continue de travailler même dans sa chambre d'hôpital, poursuivant les projets qu'il a entamés jusqu'à sa mort en 1989, à laquelle des funérailles nationales sont organisées. Il reçoit au cours de sa carrière et à titre posthume de nombreux prix au Japon pour ses mangas et ses films d’animation, ainsi qu’à l’international.

 

Sources : wikipédia français et Belladonna, étude miroir du film d’animation japonais culte de 1973

 

 

Bibliographie sélective :

1948 : Lost World

1955 : Tonkaradani (Receuil de contes)

1968 : Hato, toujours plus haut

1969 : Triton (prépublication), sera édité en 79

1970 : Kirihito
Barbara
Avaler la terre
La femme insecte

1974 : L'enfant aux trois yeux (Mitsume ga tooru ) 7 juillet 1974 -1978
Publié en même temps que Black Jack...

1975 : Ikki Mandara (prépublication)

En 1976/77, il semble que Tezuka arrête du jour au lendemain une série du Shonen Champion (Akita Shoten). Source : Le seinen Journal d'une disparition (p142)

1977 - X
Black jack

1978 : Unico

1979 : Don Dracula
Triton (prépublié en 69)
Ikki Mandara (prépublié en 75)

1981 : Ayako

1985 : L'Histoire des trois adolfs

1986 : Midnight

1987 : Bouddha

Œuvres disponibles

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Vous êtes ici

 


Une suggestion à faire? Une erreur à nous signaler? Des questions à nous poser? Vous pouvez soit vous créer un compte et venir nous en parler sur le forum ou en commentaire du contenu concerné, soit remplir notre formulaire de contact.