TAKAHATA Isao

Photo/image de TAKAHATA Isao

Biographie

TAKAHATA Isao (高畑勲) est un réalisateur et producteur japonais de films d’animation, né à Ise le 29 octobre 1935 et décédé le 5 avril 2018.

Il grandit en restant marqué par le bombardement de la région d'Okayama par les États-Uniens pendant la Seconde Guerre mondiale, fuyant pieds nus en pyjama avec l'une de ses sœurs. Il étudie la littérature française à l'université de Tōkyō, découvrant les poèmes de Jacques Prévert et son travail avec Paul Grimault, pour La Bergère et le Ramoneur première version du Roi et l'Oiseau, sortie au Japon en 1956. Ce film est l'un des déclencheurs de sa vocation artistique.

Dès 1959, il rejoint le studio d'animation Tōei Animation en tant qu’assistant, où il effectue toute sorte de travaux, y compris le balayage. Il y fait connaissance de MIYAZAKI Hayao, avec qui il est engagé dans le mouvement syndical. En 1963, il réalise sa première série animée Ken, l’enfant loup, aussi la première série du studio Toei.

En 1968, il réalise son premier long métrage Horus, prince du Soleil, en collaboration avec Miyazaki. Ce film, sorti dans une version inachevée et altérée, n'ayant pas obtenu le succès attendu, les producteurs privilégient alors la création télévisuelle plutôt que cinématographique. À partir de ce projet, Miyazaki et Takahata travaillent souvent ensemble, sur par exemple les films Heidi, la petite fille des Alpes en 1974 et Nausicaä de la vallée du vent en 1984, comme sur des séries télévisées, notamment Lupin III. Takahata et Miyazaki cessent leurs collaborations après le film Akage no An mais ils continuent d’entretenir une relation d’amitié continuent de travailler ensemble sur des postes différents.

En 1981, Takahata achève son second long-métrage Kié la petite peste, qui reçoit un bon accueil puis Goshu le violoncelliste récompensé par le Prix Ofuji.

C'est en 1985 que Takahata fonde avec Miyazaki le Studio Ghibli. Il réalise pour ce studio entre autres Tombeau des lucioles (Le) en 1988 et Pompoko (1994) qui reçoit le prix du long-métrage au festival d'Annecy. Le Conte de la princesse Kaguya (2013) est présenté au Festival de Cannes (Quinzaine des réalisateurs) et nominé aux Oscars.

Contrairement à Miyazaki, Takahata n'est pas dessinateur d'animation. Il se considère avant tout comme un réalisateur. Ce statut lui permet de n'être attaché à aucun style de dessin en particulier et de pousser au plus loin toute forme d'expérimentation dans le domaine de l'animation. Bien que certains de ses films tels que Mes voisins les Yamada soient réalisés entièrement à l’ordinateur, il reste très attaché au dessin à la main, laissant selon lui plus libbre l’imagination du spectateur.

 

Il effectue plusieurs voyages en France au cours de sa carrière. Le Forum des Images à Paris l’invite à plusieurs reprises dans le cadre des Nouvelles Images du Japon à partir de 1999. C'est également à l'occasion de ce festival que le réalisateur Kihachiro Kawamoto lui propose de participer au film collectif Jours d'hiver (2003). Les créateurs de ce festival s’emploient à le faire connaître en France au fil des ans et inversement, Takahata contribue à faire diffuser au Japon des films d’animation français, notamment Kirikou et la sorcière, Azur et Asmar et les Triplettes de Belleville. Il dirigera en France de plusieurs master classes dédiées à l’art médiéval japonais et l’animation.

En 2014, le festival d'Annecy lui décerne le Cristal d'honneur pour l'ensemble de son œuvre. L'année suivant, il est élevé au rang d'officier de l'ordre des Arts et des Lettres par le ministère de la Culture.

 

Sympathisant communiste et pacifiste, il s'oppose au projet d'amendement de l'article 9 de la Constitution japonaise, qui dispose que « le peuple japonais renonce à jamais à la guerre ». Membre du groupe Eigajin Kyujo no kai (« Les cinéastes pour l'article 9 »), il s'élève en 2015 contre les lois jugées sécuritaires et bellicistes du Premier ministre Shinzo Abe, impliquant le réarmement du Japon et la participation à des théâtres d’opération extérieurs. En 2011, après la catastrophe de Fukushima, il se montre critique à l'égard du nucléaire.

 

Isao Takahata meurt au matin du 5 avril 2018 à l'hôpital annexe de la Teikyo University Medical School, des suites d’un cancer du poumon.

 

Source : wikipédia français

Œuvres disponibles

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Vous êtes ici

 


Une suggestion à faire? Une erreur à nous signaler? Des questions à nous poser? Vous pouvez soit vous créer un compte et venir nous en parler sur le forum ou en commentaire du contenu concerné, soit remplir notre formulaire de contact.