Dragon Half

Dragon Half

Titre original: 
Dragon Half (ドラゴンハーフ)
Pays d'origine: 
Japon
Genre: 
Heroic fantasy, comédie, action
Date de sortie originale: 
1993 (le 26 mars)
Date de sortie en France: 
pas de licence
Nombre d'épisodes: 
2
Durée: 
25 minutes par épisode
Support: 
TV, VHS, DVD
Prix: 
occasion import

Opening/Ending

Opening: "Taosu zo! Red Dragon" par Yasunori Matsumoto
Ending: "Watashi no Tamagoyaki" par Kotono Mitsuishi

Résumé des épisodes

Avis

Voilà des OAV farfelues et emplies de second-degré.  

Le scenario paraît de prime abord reposer sur une histoire d'amour à la Roméo et Juliette entre un homme et une dragonne, mais le scenario vire à des aventures triviales 100% comédie. Chaque péripétie, chaque scène a droit à son lot de farces, rien ne se prend au sérieux, tous les personnages, même classes de primes abord sont tournés à la dérision. L'OAV se moque donc gentiment des clichés et va même parfois heurter un peu la bien-penseance, alors qu'on pensait avoir affaire à un truc juste tout mignon et rigolo. Pour servir la comédie, l'univers n'hésite pas à inclure des éléments anachroniques (si on peut le dire ainsi pour une histoire fantastique), qui ne dérangent pas puisqu'il n'y a pas de volonté de cohérence.
Les deux épisodes sont très drôles à regarder, l'humour marche bien et on ne s'ennuie pas dans cette histoire saugrenue, surtout quand on regarde sans savoir de quoi il s'agit. Et le côté un peu ecchi n'est pas dérangeant.
Par ailleurs, le mot "half" est utilisé au Japon pour désigner des japonais métisses (pas des étrangers qui auraient plusieurs origines autre que japonaise). On sait que ces personnes peuvent subir du racisme. Dans Dragon Half, Mink se fait poursuivre pour sa nature mi-dragonne et peine à faire comprendre que ça ne change rien à qui elle est. Cette OAV seraient-elles aussi un message implicite de tolérance et d'acceptation d'autrui? Cela signifierait-il aussi en conséquence que les étrangers sont vus comme des créatures d'une autre espèce? Là, je surinterprète un peu trop
Visuellement, l'OAV est plutôt plaisante à regarder. D'habitude, ce genre de produit est un peu bâclé mais ici, nous avons droit à une assez bonne adaptation. En particulier pour les combats, qui ne sont pas endiablés ou quoi, mais qui disposent d'une animation soignée. 

Une bonne surprise; certes, il veut mieux mettre son cerveau un peu de côté mais ça nous fait un bon divertissement. Petit regret toutefois pour la fin ouverte, je suppose qu'il faut se rabattre sur le manga original pour avoir la suite. Mais ça n'est pas bien grave, ce n'est pas du tout le genre d'histoire à tenir en haleine, donc on peut regarder ces OAV même seules. 

Hanoko, deux OAV vues le 10/03/2018

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Vous êtes ici