Ai no Kusabi [2012]

Ai no Kusabi [2012]

Titre original: 
Ai no Kusabi (間の楔)
Pays d'origine: 
Japon
Genre: 
boys'Love, science-fiction, drame
Date de sortie originale: 
18 janvier 2012
Date de sortie en France: 
pas de licence
Nombre d'épisodes: 
4
Durée: 
entre 24 et 26 minutes par OAV
Support: 
DVD, blu-ray, fansub

Résumé des épisodes

Avis

Ces OAV sont des remakes d'anciennes OAV sortis vingt ans plus tôt, elles-mêmes adaptées du roman original de Rieko Yoshihara. Elles narrent l'histoire d'un jeune homme, sorti des bas-fonds qui a voulu s'élever de sa condition dans une société ultra hiérarchisées entre castes sociales. Sauf que les choses n'ont pas tout à fait tourné comme voulu. 

Ai no Kusabi a tout pour plaire aux amatrices(teurs ^^) de Boys'Love. Des personnages au character design très léché, des plastiques masculines de rêve, des scènes érotiques très sensuelles pas trop nombreuses pour aguicher le public, deux protagonistes répondant parfaitement au critère Seme/Uke (dominant/dominé) avec un soupçon de rébellion, un côté SM pour endiabler la chose (rien de méchant je vous rassure).
Là où Ai no Kusabi nous surprend, c'est le fantastique travail sur son univers, en particulier visuel. Les architectures futuristes sont sublimes, impressionnantes et d'une imagination foisonnante. Je ne sais pas tous ces décors ont été conçus au départ par l'illustratrice du roman original, mais franchement chapeau, c'est un vrai régal de découvrir les environnements dans lesquels évoluent les personnages.
Un plaisir visuel rendu possible par l'excellent travail graphique, qui met parfaitement en valeur tous les charmes que se veulent ces OAV. J'avais trouvé les musiques des génériques un peu bidon, mais celles accompagnant les scènes des épisodes sont beaucoup mieux. Je suis curieuse de regarder la version 1992 pour voir les différences d'interprétation.
Notre attention est retenue aussi par tout le système social mis en place dans ces OAV. On ne sait pas l'origine de la hiérarchie sociale dans ce monde, ni comment elle a pris une telle ampleur, on l'en a envie d'en découvrir plus. Beaucoup d'éléments constituants de l'univers sont évoqués et partiellement présentés, laissant un part d'ombre pour éveiller notre curiosité. Vient aussi la relation qu'entretiennent les nombreux personnages, elles aussi à demi-révélées. Bizarrement, c'est Riki, le héros, que je trouve le moins réussi. Il est plein de contradictions dans ses comportements qui laissent un peu perplexe. On voit qu'il y a entre lui et Iason une relation haine/amour, mais qui reste encore un peu vague. 

Ai no Kusabi partait pour n'offrir que de quoi se rincer l'oeil, mais il va bien au delà. Dommage que l'histoire s'arrête en suspens, l'équipe technique n'ayant pas poursuivi le projet, probablement des raisons financières. Au vu de la qualité des OAV, le coût doit sûrement suivre... 

Hanoko, quatre OAV vues le19/08/2018

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici