Sin

Sin

Titre original: 
Sin (씬)
Auteur(s): 
Genre: 
Action - Magie
Éditeur original: 
Daiwon
Éditeur français: 
Panini Manhwa
Date de sortie originale: 
2006
Date de sortie en France: 
22 Novembre 2007
Nombre de tomes: 
4 (arrêté)
Nombre de tomes sortis en France: 
1 (arrêté)
Nombre d'éditions en France: 
1
Couverture: 
souple + jaquette
Nombre de pages: 
196
Prix: 
6,40€
Rythme de parution: 
arrêté

Avis

"Après, ou pendant, Demon King, Kim Hwan Jae a créé Sin. Ce péché (originel ?) marque la naissance de la collection Manhwa de Generation Comics (après la sortie en 2003-2004 d'Island, qui était resté orphelin). 

Qui dit péché (sin), dit possibilité de revenir de se racheter, dit directeur de conscience. Ainsi même si ça se bastonne, et que les combats ont de l'allure, ça cause beaucoup, parce que nos deux personnages principaux essaient de convaincre la femme possédée de s'en sortir seule. C'est un peu lourd, étant donné les prêches du type "ce que tu as fait est mal, c'est pas bien, rends-toi compte bon sang !".
Ainsi, on retrouve à la fois les exorcismes musclés, les invocations de créature dépassant l'entendement ET l'histoire essayant de jouer la carte de la persuasion, on ne peut pas foncer tête baissée, tuer l'adversaire ne résoudra pas le problème. 

On retrouve dans l'histoire un duo d'alliés opposés : le boy scout, et l'adepte de la magie noire et de la manière forte. Leur désaccord dans la façon de mener leur travail à son terme fonctionne bien. J'espère qu'on aura droit à un couplet sur la façon dont ils se sont connus et ont été amenés à travailler ensemble. 

Le dessin est maîtrisé, même s'il y a parfois des petits loupés sur les visages, le reste du temps le dessin a de l'allure. Le dessin est détaillé, mais le problème se pose quand il n'y en a pas : Par exemple le visage de DA Mi est trop simple, du coup il a trop l'air d'un minet. Enfin, l'auteur joue astucieusement la carte du SD. 

Au premier abord, on pourrait croire que Sin est un manhwa "bourrin", et même si les personnages font parfois de l'humour, l'ambiance est assez sombre : outre les traits assez pesants et les démons, c'est également par les thèmes traités qu'on se rend compte que ce manhwa ne plaisante pas : avortement, enfance maltraitée... 

Même si le thème des démons et des exorcismes a déjà été traité de nombreuses fois en manhwa, la lecture de Sin est divertissante grâce au trait de l'auteur et à son approche intéressante." 

Docteur Spider, 31/12/07

La première chose qui frappe si on a déjà lu d'autres oeuvres de Jae Hwan Kim est sans doute la métamorphose du dessin. Alors que demeurait comme souvenir un dessin très surchargé et exagéré de Demon King, puis de gros progrès effectués pour Warcraft - Le Puit Solaire avec un dessin très beau et très fin mais reconnaissable, Sin, bouleverse vraiment tout. C'est la première fois que je vois un auteur dont le style change aussi radicalement, j'en venais presque à douter que c'était bien lui qui avait dessiné ce manhwa. A présent, le dessin ressemble beaucoup à celui de Death Note, avec la façon d'apposer des contrastes forts de noir et de blanc et les traits fins des personnages, mais le ton reste plus racaille et baston. A la limite, les SD peuvent faire référence au style précédant. Toutefois, cela n'a vraiment plus rien à avoir avec avant. je me demandais sérieusement si ce n'était pas en fait pas quelqu'un d'autre dont le nom ressemblerait beaucoup.
Cependant en lisant le premier volume, on retrouve pas mal d'éléments communs avec Demon King. Notamment, cette manie que l'auteur a de mettre en scène des personnages jeunes, puissants, plus ou moins fougueux et de les opposer à d'autres souvent plus âgés, tout en mettant en relief la différence. On retrouve souvent les antagonistes dire aux héros "petit insolent" ou "petit effronté" (l'auteur aime bien faire ressortir que ses héros sont jeunes et qu'ils énervent les méchants) mais ces derniers sont toujours plus puissants et ont toujours raison sur l'ennemi, que ce soit un humain ou un démon. L'auteur, a cette façon de hiérarchiser la position de ses personnages de telle sorte que les protagonistes sont la plupart du temps supérieurs à leurs ennemis.
C'est vraiment quelque chose de récurrent chez Jae-Hwan Kim et malheureusement, ça ne joue pas en la faveur de l'histoire: le lecteur est tout de suite mis dans la confidence, il sait de quoi il retourne c'est-à-dire que les humains manipulés par les démons sont faibles et qu'il faut leur en faire prendre conscience pour qu'ils résistent. Donc les héros leur sont supérieur et auront forcément le dernier mot puisqu'ils sont chargés de leur apporter la lumière, en tant qu'exorcistes. Cela ne laisse aucun suspens à l'histoire et on sait d'emblée comment les choses vont se conclure. Le manhwa est dépourvu de surprise. L'histoire est intéressante mais n'a du coup rien de palpitant. J'espère vivement que la suite contrebalancera cette tendance, car il y a vraiment matière pour. Voyez ce qui suit... 

On voit que les démons ciblent les humains en proie au mal, ils accentuent la tentation qu'ils ont à faire de mauvaises choses. Donc on peut dire que les mauvaises actions, sont commises par des humains faibles qui se sont adonnés aux démons qui les traquent. On peut donc en comprendre que tout personne mauvaise est une personne faible de caractère et qu'à l'inverse celles qui font le bien sont celles capables de résister aux démons. Cette vision laisse beaucoup à réfléchir. J'attends du manhwa qu'il apporte un point de vue intéressant et fouillé sur la vertu et le vice comparés au bon et au mauvais. Les humains seraient-ils tous des êtres vices ou vertueux à l'inverse des anges et des démons qui sont respectivement bons et mauvais?
En dehors de cet aspect philosophique mais non moins négligeable, Sin nous fait découvrir des tristes passés, tel que celui de la jeune femme du premier volume, son histoire est assez triste. Sans oublier non plus les combats qui surviennent entre les exorcistes et les démons. Mais n'oublions pas les démons apparaissent à cause des mauvaises intentions humaines, donc ce sont les humains qui sont à blâmer plutôt que les démons, qui finalement ne font que suivre leur nature. Ainsi, nos héros exorcistes s'occupent aussi bien d'empêcher les démons de nuire mais aussi de raisonner les humains. 

Pour l'instant, Sin ne se mouille pas trop et reste dans la norme des récits démoniaques shonen. Mais il soulève des thèmes intéressants, on va voir comment il se débrouille pour la suite.

Edit du 01/02/2018: après avoir vérifié sur le site de l'éditeur coréen Daiwon, il se trouve que ce manhwa n'est pas créé par Jae Hwan Kim, mais bien d'un autre auteur, au nom similaire certes.

Hanoko, un volume lu, le 29/01/08

Voir aussi Monochrome Factor

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici