Redrum 327

Redrum 327

Titre original: 
Redrum 327
Auteur(s): 
Genre: 
Horreur, Mystère, Psychologique, Tragédie
Éditeur original: 
Daiwon
Éditeur français: 
Asuka
Date de sortie originale: 
2003
Date de sortie en France: 
2004-2005
Nombre de tomes: 
3
Nombre de tomes sortis en France: 
3
Nombre d'éditions en France: 
1
Couverture: 
Souple, glacée
Nombre de pages: 
208
Prix: 
6€

Avis

Ce manhwa est qualifié comme étant un Scream sur papier, selon la maison d'édition française. Je ne sais pas si cette comparaison doit être considérée comme un compliment ou pas.
L'histoire met beaucoup de temps à démarrer. Le premier tome ressemble beaucoup à un josei (shojo pour jeunes femmes), et la promesse de sang, de meurtres et autre huis clos qui nous est faite au niveau de la couverture et du résumé éditeur semble bien loin. Seules les dernières pages finissent par nous accueillir dans leurs bras ensanglantés. Hélas, cela me paraît un peu tard pour accrocher le lecteur qui, espérant étancher sa soif de violence, se retrouve face à des romances d'étudiants.
Ces passages peuvent aussi être vus autrement : on en apprend beaucoup sur les personnages, on finit par s'y attacher, s'y identifier… Puis on nous les arrache et les malmène sous nos yeux, sans vergogne. C'est un pari osé, et j'espère que les prochains tomes seront véritablement dans le thème escompté et dans la tonalité des dernières pages qui, je dois dire, sont fort sympathiques. Le début du manhwa l'est moins selon moi, vous l'aurez compris. Je ne comprends pas toutes les intrigues qui relient les personnages, mais on se doute déjà des drames qui vont se jouer. Certains protagonistes sortent bien sûr du lot, comme la mystérieuse et très jolie Gahui, dernière arrivante du groupe. Les premiers à mourir nous sautent aux yeux d'entrée de jeu, toutefois, j'ignore encore si mes prédictions se réaliseront. En tout cas, Gahui semble être la tueuse toute désignée, avec son passé super sombre et son air innocent. Mais peut-être le manhwa nous étonnera-t-il ?
Beaucoup de sentiment et un peu de sang donc, pour ce premier tome. Un peu d'humour aussi, avec des personnages désignés pitres, faire-valoir des beaux gosses et autres fieffées pestes. Le langage est parfois un peu familier, voire ordurier. Cela m'a un peu étonnée compte tenu de la douceur du dessin.
Le coup de crayon est assez original. Le trait est précis, assez réaliste, très manhwa. Le chara-design est soigné, certaines pages sont très jolies, notamment les premières, en couleur. Je regrette par contre que la qualité de l'édition et du papier ne suivent pas. L'encre bave un peu de ci de là, les ombrages qui se voulaient fins deviennent d'immondes pâtés. Heureusement, les expressions des personnages sont intactes et permettent de bien se rendre compte de leurs sentiments. Les dernières pages promettent des moments bien dégueu, poisseux de sang. A voir si les tomes suivants sont à la hauteur de mes espérances à ce niveau.
Toujours est-il que ce manhwa, soit disant thriller, déçoit un peu avec une entrée en matière trop mielleuse. Espérons que la suite redressera la barre. Et qu'on m'explique pourquoi cela s'appelle ainsi ! 

Préférez Doubt, Judge ou encore Anamorphosis, pour des huis clos plus efficaces, voire carrément trash (notamment le dernier, à ne pas mettre entre toutes les mains). 

DDG, le 20/06/13.

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici