Real Lies

Real Lies

Titre original: 
Real Lies
Auteur(s): 
Genre: 
Drame, science-fiction
Éditeur original: 
Sigongsa
Éditeur français: 
Soleil Gochawon
Date de sortie originale: 
2003
Date de sortie en France: 
2005
Nombre de tomes: 
1 (one-shot)
Nombre de tomes sortis en France: 
1
Nombre d'éditions en France: 
1
Couverture: 
Souple + jaquette
Nombre de pages: 
190
Prix: 
8,95€
Rythme de parution: 
terminé (plus édité)

Avis

Trois histoires, trois problématiques : « l'être aimé est-il irremplaçable? », « l'amitié entre hommes et femmes est-elle possible? », « peut-on aimer une personne à l'identique de la précédente? ». Où se trouve la part de vrai et de faux? Certes chacune de ces trois problématiques ressort à travers respectivement les trois récits, mais ne vous cantonnez pas à elle afin d'avoir une lecture plus large et peut-être plus touchante de ce manhwa.
Avant d'être une oeuvre à portée philosophique et métaphysique, il s'agit surtout d'une romance un peu larmoyante sur les bords. Le manwha se fonde sur l'idée de relations au premier abord impossibles avec des personnes qui ne sont pas censées pouvoir demeurer ensemble. Ainsi, à chaque histoire, les deux personnages principaux se cherchent, tantôt la femme, tantôt l'homme, tantôt les deux. Sur tout le volume, nous avons ce jeu d'aspiration à une relation prospère. Les personnalités sont variantes d'un couple à l'autre tout comme celle des personnages qui gravitent autour du protagoniste.
Je trouve que nous avons le droit donc à des histoires de coeur qui ont un côté mystique rendu à l'ambiance mystérieuse et particulière que l'auteur a installée pendant tout le volume. Après, personnellement, je n'ai pas accroché plus que cela, bien que ce manhwa demeure assez original, les histoires semblent parfois davantage tirées par les cheveux. J'ai eu parfois un peu de mal à les comprendre, les petites erreurs dans l'édition n'aidant pas vraiment (inversement de bulles...). Et pus en général je ne suis pas friande de romances, alors à moins qu'elle aient vraiment quelque chose de particulier, je passe souvent à côté. Et en l'occurence, je ne me suis pas sentie particulièrement touchée par le message que veut faire passer l'auteur.
Malgré cela, on sent quand même que le manhwa a quelque chose d'attirant, grâce aussi à son dessin. L'auteur a un style plaisant et assez expressif. Cependant, j'ai l'impression que le dessin n'est pas toujours maîrisé et que l'auteur cache cela à l'aide de gros cernes noirs, notamment pour les yeux. 

Un manhwa pas tellement transcendant de par sa portée universelle et philosophique mais qui reste agréable si on considère des ambitions un peu moins poussées.

Hanoko, tome lu, fin juin 2009

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici