Feux

Feux

Titre original: 
Buja's diary
Auteur(s): 
Genre: 
Historique, drame, tranche de vie
Éditeur original: 
Siat
Éditeur français: 
Hanguk (Casterman)
Date de sortie originale: 
2001
Date de sortie en France: 
Avril 2007
Nombre de tomes: 
one-shot
Nombre de tomes sortis en France: 
one-shot
Nombre d'éditions en France: 
1
Couverture: 
souple
Nombre de pages: 
280
Prix: 
14,75€

Avis

"Une peinture fidèle de la Corée des années 80 qui connaît de grands bouleversements socio-politiques, en 300 pages, voilà qui s'avère ambitieux et alléchant ! 

On se rend immédiatement compte qu'il n'y a pas que la Corée du nord qui soit une dictature et qui connaît des atrocités, dans un passé récent également c'était la même chose au sud. C'est un véritable traumatisme, nombreux en ont souffert, qu'ils vivent à la ville ou à la campagne.
L'auteur veut nous montrer que cette société est à gerber, nous sommes des animaux qui faisons croire que nous sommes civilisés. Même si le style de l'auteur est réaliste, et n'est pas sans rappeler la BD franco-belge classique (je pense à vanhamme, mais ce n'est peut être pas une bonne comparaison) , ceci n'empêche pas Oh Se-young d'utiliser des images, des métaphores.  

Les histoires ont d'autant plus de forces qu'elles sont d'autant construites : la conclusion de l'histoire boucle souvent la boucle. L'auteur utilise plusieurs styles narratifs : des histoires rapportées, des histoires commentées, des histoires silencieuses... Cependant le rythme est lent et parfois, il arrive également qu'on ne comprenne pas le message. Ce qui est assez handicapant puisqu'on passe à côté de leur intérêt. 

Au final je me suis plutôt ennuyé en lisant ce recueil, même si je reconnais à Oh Se-young sa grande maîtrise graphique, ça n'a pas suffit à m'intéresser à ce qu'il avait à nous faire partager. C'est dommage." 

Docteur Spider, 26/05/07

Voir aussi Histoire couleur terre
Si vous voulez en savoir plus sur la même période, lisez Vedette

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Vous êtes ici